Image default
Finance

Les boursicoteurs s’attaquent aux cours de l’argent sur fond de complotisme



Publié le 29 janv. 2021 à 13:02

Les marchés sens dessus dessous. Après avoir essoré les hedge funds qui vendaient à découvert GameStop ou AMC, les boursicoteurs, chauffés à blanc sur Reddit, ont cherché d’autres cibles. Jeudi la très populaire application trading Robinhood a instauré des restrictions sur ces valeurs en raison d’une trop importante volatilité.

Les investisseurs amateurs se sont alors tournés vers l’argent, un métal précieux qui alimente depuis des décennies les théories du complot. Comme l’or, le prix de l’argent serait, selon ces théories, manipulé par les banques qui le maintiendraient à un niveau artificiellement bas pour masquer une pénurie de métal physique. Quant aux gouvernements, ils stockeraient les métaux précieux, ne dévoileraient pas leurs réserves et auraient abandonné l’étalon-or pour manipuler la monnaie et l’inflation.

Bond de 39 % pour une minière

Un membre de la discussion Wallstreetbets sur Reddit estime même que doper les cours de l’argent revient à réaliser « LE PLUS IMPORTANT SHORT SQUEEZE AU MONDE » (en majuscules dans le post). Sur les forums, les complotistes de tous bords se mêlent aux petits investisseurs en colère dans une volonté de revanche sur Wall Street et l’establishment.

Jeudi matin à New York à la première heure, le petit groupe minier First Majestic Silver, cité dans les discussions comme une cible potentielle, s’est envolé de 39 %. L’ETF iShares Silver Trust, qui avait été aussi le centre de nombreuses conversations, a pris 7,2 %. Il s’agit du plus gros fonds indiciel adossé à l’argent. Le cours du métal lui-même a bondi de 6,8 % dans la journée, sa plus forte hausse depuis août.

« Ahurissant »

« Il y a un short squeeze sur l’argent en ce moment. Les investisseurs Robinhood sont tous en train de passer à l’argent et la fête ne fait que commencer », a expliqué Phil Streible de Blue Line Futures auprès de Bloomberg. « Ils se débarrassent de tous les titres GameStop et AMC puisqu’ils sont limités et ils cherchent d’autres opportunités, l’argent est une cible facile et identifiable », ajoute l’expert, le marché de l’argent étant un peu moins profond et liquide que celui de l’or.

Le mode opératoire est comparable aux précédentes actions. Le marché des options a lui aussi été inondé d’ordres pour amplifier les mouvements de marché. 3,1 millions d’options sur l’ETF iShares ont été échangées, un record relève l’agence Bloomberg. James Gavilan de Gavilan Commodities raconte n’avoir jamais vu une telle volatilité sur les marchés d’options. C’est « ahurissant, à couper le souffle, c’est vraiment choquant », juge l’expert.

Des marchés plus équilibrés

Bien que spectaculaire, cette action à toutes les chances de faire long feu. « Il est improbable que l’effet sur l’argent soit aussi prononcé qu’espéré par certains, ce qui devrait pousser à l’écart du marché certains joueurs », estime Eugen Weinberg de Commerzbank.

Quand une action grimpe trop brutalement, les vendeurs à découvert sont obligés de racheter leurs positions, ce qui alimente la hausse en retour. Les marchés de matières premières, eux, sont beaucoup plus équilibrés, rappelle l’analyste de la banque allemande.

De plus dans le cas de l’argent, les spéculateurs ont tendance à parier sur une augmentation du prix. « Cela veut dire que toute hausse non justifiée par les fondamentaux devrait entraîner des ventes et non des achats », détaille encore Eugen Weinberg.



Source link

Autres articles

Le nombre de banquiers millionnaires a augmenté l’an dernier

administrateur

La SEC renonce à sa proposition phare pour limiter le pouvoir les agences de conseil en vote

administrateur

La dégradation de la situation des entreprises françaises les plus endettées s’accélère

administrateur

Pourquoi l’émergence d’une dette européenne de référence serait une bonne nouvelle pour la zone euro

administrateur

Coronavirus : pourquoi les clubs de football ne sont pas assurés

administrateur

La crise du Covid-19 laisse la zone euro à bout de souffle, selon la BCE

administrateur