Image default
Economie

Les Français se sont rués sur l’alcool pour fêter le déconfinement


Les Français ont voulu fêter le déconfinement. C’est ce que pointe la dernière étude du cabinet spécialisé en analyse des comportements d’achat Nielsen. En effet, les Français ont consommé en moyenne 9% de biens de consommation de plus que la même semaine de l’année passée. Certains produits, comme les alcools ou les surgelés, ont connu des progressions beaucoup plus fortes.

Pour la première semaine post-confinement, les Français se sont donc massivement rendus en magasins pour acheter des biens de consommation. Si la vente de produits d’hygiène (-3%) ou les boissons sans alcool (-3%) a légèrement baissé par rapport à l’année dernière, celle de produits frais (+9%), de produits d’entretien (+12%), d’alcool (+9%) ou de surgelés sucrés a largement augmenté. En moyenne donc, les Français ont acheté 9% de produits de grande consommation en plus.

Ruée sur le champagne…

«Comme ces dernières semaines, les produits surgelés salés , l’épicerie salée, le rayon frais… sont en très forte hausse, écrit Nielsen dans son communiqué. Ils bénéficient toujours d’un report massif des circuits hors foyer (restaurants, cantines…) vers la consommation à domicile. Les tendances de la vie en confinement restent donc largement visibles, avec notamment les ingrédients de cuisine (épaississeurs pour sauces à +137%) ou de pâtisserie (produits pour pâtisserie +75%, farines +35%…). Tant que le télétravail restera largement répandu, que de nombreux enfants seront toujours à la maison, que les restaurants seront fermés… ces tendances resteront marquées.»

En comparant les achats de la semaine du 11 mai aux produits que les Français achetaient pendant le confinement, Nielsen pointe un très fort redressement des ventes d’alcool, qui connaissaient un repli de -4% durant ces deux mois de confinement, et qui bondissent donc de + 23%. Les Français se sont jetés sur le champagne, sûrement pour fêter les retrouvailles avec leurs proches. Ils en ont acheté 74% de plus que pendant le confinement. Les bières ont aussi connu un rebond de 30 % par rapport à la période de confinement. Le gin (+68%), le rhum (+31%) ou la vodka (+31%) ont également été particulièrement plébiscités.

…et les surgelés

«Très clairement, cette première semaine a été l’occasion pour les Français de célébrer, explique Nielsen. Le vin retrouve des couleurs, notamment les rouges et blancs qui étaient en repli ces dernières semaines. Les spiritueux voient leur tendance nettement s’améliorer, même les gins et rhums qui étaient restés en progression pendant le confinement, accélèrent lors de cette dernière semaine.»

Parmi les autres produits de consommation, les surgelés salés étaient déjà très vendus pendant le confinement (+28% par rapport à une semaine identique l’an dernier), et ils restent en nette hausse depuis le 11 mai (+ 18%). Pareil pour les produits frais et laitiers, qui étaient en augmentation de 16% pendant le confinement, et qui sont maintenant en hausse de 9%.

Enfin, le drive et la livraison à domicile sont en très forte progression par rapport à l’an dernier, avec respectivement +68% et +55% de ventes en plus par rapport à l’an dernier. Les grands hypermarchés stagnent (+1%) quand les supermarchés sont davantage plébiscités (+13%).

Des tendances de fond ?

«On voit des tendances lourdes visibles pendant le confinement et qui se poursuivent, explique au Figaro Sébastien Monard, directeur marketing chez Nielsen. L’e-commerce et les livraisons à domicile sont sans doute devenus de nouvelles habitudes pendant le confinement, cela pourrait perdurer. En termes de produits, on avait noté un nouveau dynamisme pendant le confinement sur les surgelés salés, pratiques à stocker, et cela se poursuit fort sur cette première semaine.»

«On est sur des croissances très fortes de l’alimentaire parce qu’il y a beaucoup de télétravail, donc de gens à la maison, et que les restaurants sont encore fermés, conclut Sébastien Monard. Quand ceux-ci vont rouvrir, cette croissance de consommation se tassera forcément un peu.»



Source link

Autres articles

la chute du PIB au premier trimestre se confirme

administrateur

La Commission européenne table sur une profonde récession en 2020

administrateur

ce qu’il faut retenir des annonces de Macron sur l’automobile

administrateur

11,3 millions de Français en chômage partiel, le système va être adapté

administrateur

Orange en charge des discussions avec Apple

administrateur

les enseignes au défi de gérer un rebond aussi fragile qu’inattendu

administrateur