Image default
Economie

Les loges de concierge ont contribué à la baisse des charges à Paris


Selon l’observatoire des charges de copropriété de la Fnaim du Grand Paris, ces charges ont baissé de 0,54% dans la capitale en 2019. L’explication est surprenante.

Bonne nouvelle pour les Parisiens, leurs charges de copropriété ont été plutôt sages en 2019 à en croire les conclusions de l’Observatoire des charges de copropriété de la Fnaim du Grand Paris. L’étude qui mesure les charges au mètre carré assuré (à savoir les mètres carrés habitables plus les parties communes et les éventuelles annexes assurées) a conclu qu’elles avaient baissé de 0,54% en 2019. Le montant moyen des charges s’établit à 38,51 €/m² ce qui représente un coût annuel moyen de 2156,41 euros par lot principal. Contrairement à la perception que l’on peut en avoir, selon cet indice l’évolution des charges a toujours été inférieure à l’inflation et n’a connu que deux hausses depuis 2018. Elles seraient d’ailleurs même plus faibles en 2019 qu’en 2013…

» LIRE AUSSI – Comment évaluer les charges et les travaux de copropriété avant d’acheter?

Parmi les explications de cette légère baisse, l’une d’entre elles est inattendue. Si la principale cause de cette situation, selon Olivier Princivalle, président-adjoint de la FNAIM du Grand Paris et syndic de copropriétés tient à la baisse du coût des assurances et à une renégociation fructueuse de divers contrats, le poste en plus fort recul (-6,81%) concerne les impôts et les taxes. Ce résultat étonnant serait largement dû aux copropriétés disposant d’un gardien logé. La plupart du temps, la taxe d’habitation du ou des concierges est en effet prise en charge par la copropriété. Or, avec la réforme de la taxe d’habitation, celle-ci a disparu ou a baissé sensiblement en 2019, d’où ce recul.

Inquiétude pour les travaux en 2020

À l’inverse, la hausse du prix des timbres a eu un impact non négligeable sur la progression de 2,13% des frais d’administration. Car si les honoraires de gestion de syndic ont progressé de 2,85% les honoraires annexes sont en recul de 2% et les frais de timbres qui restent importants pour les convocations d’assemblées générales se sont envolés de 10,53%. Notons par ailleurs que sur les principaux postes de dépense, le chauffage a progressé de 4,21% et représente 401,98 euros par lot (+16,24 euros en un an) et surtout les frais de personnel ont grimpé de 25,03 euros par lot (passant de 510,87 à 535,9 euros par an).

L’observatoire note par ailleurs avec satisfaction que les Parisiens n’ont pas relâché leurs efforts pour investir dans leur copropriété et l’entretenir. De manière constante depuis 2016, chaque euro de charges courantes correspond à 1,77 euro de travaux. Pour un lot moyen à 2156,4 euros de charges, cela correspond donc à 3819,4 euros de travaux, soit un budget global astronomique de 2,7 milliards d’euros injectés chaque année dans le bâtiment par les seules copropriétés parisiennes. Un point qui pousse la Fnaim du Grand Paris à s’interroger et à s’inquiéter pour les travaux en 2020 qui risquent d’être violemment touché par la crise sanitaire. Avec les répercussions que l’on imagine sur les entreprises du bâtiment.





Source link

Autres articles

Un bailleur social organise des ateliers de tag dans un immeuble à démolir

administrateur

Comment rentabiliser sa cave ou son parking ?

administrateur

Trump jubile sur les créations d’emploi et oublie la menace de la pandémie

administrateur

Pourquoi les taxis motos se réjouissent de l’arrivée d’Uber Moto en Île-de-France

administrateur

les distributeurs de jouets en colère

administrateur

«La survie d’Airbus est en jeu», selon son président

administrateur