Image default
Economie

Les précautions à prendre avant d’acheter un logement à rénover


Le télétravail a suscité l’envie chez les Français d’avoir une pièce supplémentaire. Voici quelques conseils avant de se lancer dans ce projet.

Confinés pendant deux mois, les Français ont le désir d’avoir plus d’espaces. Certains trouveront le logement idéal et d’autres devront entreprendre des travaux plus ou moins importants. Avant l’achat du bien à rénover, plusieurs précautions sont à prendre, que vous destiniez ce logement à votre utilisation personnelle ou pour un locataire. «Vous devez en priorité déterminer votre budget alloué à ce projet et vous y tenir puis, en fonction de cette enveloppe et du profil du locataire (si vous optez pour la location), choisir la zone géographique adaptée», conseille Adrien Martin, co-fondateur d’Archidvisor qui assiste les particuliers dans la rénovation de leur bien.

» LIRE AUSSI – Conseils d’architecte pour vivre dans un logement adapté aux épidémies

Les travaux sont d’autant moins à négliger qu’ils durent, en moyenne, trois mois. Leur superficie s’élève, quant à elle, à 55 m², toutes villes confondues. Pour un simple rafraîchissement (peinture, nettoyage…), comptez entre 300 et 400 euros le m², selon Archidvisor, environ 800 euros/m² pour une restructuration légère (abattre une cloison par exemple) et 1000 à 1200 euros/m² pour refaire l’agencement (ajouter une pièce supplémentaire). À 89%, ces travaux sont des rénovations.

«Nos clients ont besoin de volumes plus ouverts pour gagner en espace et en lumière, explique Adrien Martin. Le m² vaut cher. La plupart veulent transformer leur T2 en T3 en créant une pièce supplémentaire». Une pièce qui sert souvent d’espace privatif pour ceux qui n’ont pas pu en disposer d’un pendant le confinement. «Les uns réaménagent simplement une pièce parce que des enfants ont quitté le logement quand d’autres opèrent une extension de leur maison», détaille le co-fondateur d’Archidvisor.

» LIRE AUSSI – Après le confinement, les envies de bureau au jardin se font plus fortes

Dans le cadre d’un investissement locatif, «la plupart acquièrent un logement à proximité de leur domicile», ajoute cet architecte installé à Bordeaux. Les autres optent pour une autre région uniquement s’ils la connaissent bien. C’est le cas d’une Parisienne qui a racheté un ancien presbytère en Normandie qu’elle va rénover pour en faire sa résidence secondaire et la louer pour la saison.

La particularité? C’est l’architecte qui a visité lui-même le bien. «C’est un service (299 euros) que nous proposons à nos clients, explique Adrien Martin. L’architecte, qu’ils ont sélectionné parmi une liste que nous leur avons soumise, visite le logement qu’ils souhaitent acheter, en présence ou pas des acquéreurs. Sous 72 heures, ils leur font un compte-rendu avec une étude de l’adéquation entre le bien et le projet, une estimation budgétaire et un planning prévisionnel». De quoi avoir les idées claires avant de se lancer dans des chantiers qui peuvent être lourds.





Source link

Autres articles

«Il faut qu’on augmente les salaires et qu’on arrête de fermer les hôpitaux!»

administrateur

iOS 14, iPad OS… Ce que nous avons retenu des annonces Apple

administrateur

Apple unit les iPhones et les Mac avec une nouvelle puce

administrateur

Les chauffeurs Uber devront prendre un selfie prouvant qu’ils portent un masque

administrateur

Les banques refusent-elles plus de crédit immobilier?

administrateur

l’UE appelle les géants du net à en faire plus et soutient Twitter face à Trump

administrateur