Image default
Finance

Les profits d’Euronext en forte hausse en 2020



Publié le 10 févr. 2021 à 19:29

C’est une année 2020 exceptionnelle à plus d’un titre qu’a connu Euronext, entre une très forte activité des marchés actions et l’acquisition de Borsa Italiana qui va significativement transformer le groupe. L’opérateur des Bourses de Paris, d’Amsterdam, de Bruxelles, de Lisbonne, de Dublin et d’Oslo a réalisé un chiffre d’affaires de 884 millions d’euros, en hausse de 30 % par rapport à 2019. Le bénéfice net, pour sa part, s’établit à 315 millions d’euros, soit une progression de 42 %.

Ces résultats doivent beaucoup à la volatilité des marchés actions dans le contexte de la crise du Covid. Les volumes d’échanges quotidiens moyens ont bondi de 20 % l’an dernier. Le chiffre d’affaires lié aux activités de trading a progressé de près de 34 % sur l’ensemble de l’année. « Nous ne nous sommes pas contentés de bénéficier passivement de l’augmentation de volumes, nous avons également fait progresser notre part de marché à 70 % », se félicite le patron d’Euronext, Stéphane Boujnah.

Investisseurs particuliers

Euronext a aussi bénéficié du regain d’intérêt des investisseurs particuliers pour les actions . Si l’on est loin de la frénésie des boursicoteurs américains , les volumes liés aux petits porteurs ont tout de même progressé de 89 % sur l’année. Le déploiement de la plateforme de négociation d’Euronext, Optiq, sur la Bourse d’Oslo a permis aussi de renforcer les volumes depuis et vers la Norvège.

L’opérateur paneuropéen a commencé à percevoir les fruits de sa stratégie de diversification. Le chiffre d’affaires des activités de postmarché (compensation, règlement livraison, conservation…) a bondi de près de 70 % avec l’intégration des acteurs nordiques VPS et VP Securities. Elles ont représenté 20 % du chiffre d’affaires du groupe. L’intégration de Borsa Italiana, devrait considérablement renforcer ce secteur, avec l’ajout du dépositaire central Monte Titoli et de la chambre de compensation CC & G.

Borsa Italiana

L’activité de listing a pour sa part progressé de près de 13 %, principalement grâce à l’intégration d’Oslo Bourse et au dynamisme des services aux entreprises, autre conséquence de la crise du Covid. « Avant même la crise sanitaire, nous proposions déjà nos solutions d’assemblées générales en ligne, de gouvernance numérique, de gestion des listes d’initiés », souligne Stéphane Boujnah. Les levées de fonds, en dette ou en capital, sont en revanche en léger recul, passant de 1.268 milliards d’euros à 1.216 milliards.

Euronext a confirmé qu’il souhaitait finaliser l’acquisition de Borsa Italiana d’ici juin. Le groupe qui a d’ores et déjà atteint les objectifs qu’il s’était fixés pour 2022, devrait présenter, à l’automne, un nouveau plan stratégique qui prendra en compte sa nouvelle dimension. Il devrait totaliser 25 % des volumes d’échanges sur les actions européennes . Il entend également, malgré une hausse de sa dette pour financer l’opération, poursuivre sa politique de distribution. Il va relever son dividende à 2,25 euros par action.

intertitre



Source link

Autres articles

Bruxelles veut alléger sa réglementation pour faciliter le financement des entreprises

administrateur

Brexit : Londres perd le marché du carbone

administrateur

Le gendarme boursier déplore l’absence de coordination européenne

administrateur

Portées par un « effet Biden », les Bourses européennes poursuivent leur hausse

administrateur

La nouvelle génération de fonds cotés débarque aux Etats-Unis

administrateur

Janet Yellen devra accompagner la baisse du dollar sans provoquer de krach

administrateur