Image default
Economie

Les restaurateurs restent dans l’expectative, malgré l’annonce d’une date de reprise


Emmanuel Macron les a pris par surprise en annonçant une date de reprise de l’activité des restaurants et des bars, à la mi-mai. Pour le moment, les professionnels restent prudents.

«On a enfin une date !» Didier Chenet, président du groupement national des indépendants de l’hôtellerie et la restauration (GNI-HCR), préfère voir le verre à moitié plein. Jeudi soir, en annonçant un reconfinement qui ne disait pas son nom, le président de la République s’est attaché à allumer «une lumière au bout du tunnel». Selon Emmanuel Macron, les bars et les restaurants pourront reprendre leur service en terrasse dès la mi-mai. «C’est réjouissant d’avoir une perspective, souligne Didier Chenet, même si je ne suis pas sûr que cette date ait été concertée avec les ministères…»

Car l’annonce du président de la République ne colle pas tout à fait avec le protocole de réouverture qui avait été proposé aux représentants du secteur de la restauration mi-mars. Le ministre chargé des Petites et Moyennes Entreprises Alain Griset avait alors présenté un protocole échelonné en trois temps avec en premier lieu la reprise du service des petits-déjeuners dans les hôtels, puis quatre semaines plus tard le retour des terrasses, et enfin la reprise du service dans les salles des restaurants et des bars. Suivant les déclarations du Président, la reprise débuterait directement par la deuxième phase de ce plan, en sautant la première.

À VOIR AUSSI – Covid-19: réouverture des terrasses et des lieux de culture «à partir de la mi-mai», annonce Emmanuel Macron

«Effets d’annonce»

Une annonce surprise,pris au risque de proposer un nouvel agenda intenable ? Fin novembre 2020, Emmanuel Macron avait déjà envisagé une reprise de l’activité des bars et restaurants dès le 20 janvier. L’exécutif avait finalement dû revenir sur cette promesse face aux chiffres de l’épidémie. «Le président ne maîtrise pas seul le virus. Cette nouvelle date me laisse perplexe, commente Hervé Dijols, président du SNRTC. Cette annonce, c’est surtout un remède psychologique. Or plus le temps avance, plus on s’inquiète pour la saison estivale

Désormais, les restaurateurs peuvent espérer, dans le scénario optimiste du président, une reprise similaire à celle qu’ils avaient connu début juin 2020. Passé le «soulagement», d’avoir enfin un horizon de reprise, les professionnels découvrent une foule de nouvelles questions. Tout d’abord, si le confinement est levé d’ici la mi-mai, rien n’assure que ce sera aussi le cas du couvre-feu fixé à 19 heures. «On ne sait pas non plus si les restaurants et bars pourront rouvrir quel que soit le département,» souligne Laurent Fréchet, restaurateur et président de la branche restauration du GNI.

Sans compter que tous les établissements ne disposent pas de terrasses, et devront miser sur les mesures arrangeantes des mairies pour leur permettre de reprendre leur activité – en leur libérant des places de parking pour installer des tables, par exemple. La mairie de Paris avait fait ce choix en juin dernier. Le service en terrasse est, enfin, «très météosensible» et demandera à tous les restaurateurs de calculer les coûts et les avantages avant de décider d’ouvrir. «On sera toujours face à une multitude de réalités pour les restaurants, résume Laurent Fréchet. Pour ces raisons, nous restons prudents face aux effets d’annonce.»



Source link

Autres articles

Les camemberts portant l’étiquette «fabriqué en Normandie» n’auront plus leur place dans les rayons

administrateur

à quoi faut-il s’attendre à la rentrée?

administrateur

Donald Trump déclare la guerre aux réseaux sociaux

administrateur

La ministre du Logement s’oppose à une réforme de la trêve hivernale

administrateur

«Une petite révolution est en marche»

administrateur

Paris se donne quatre mois pour trancher

administrateur