Image default
Economie

Les soldes démarreront le 15 juillet pour quatre semaines


Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé ce mardi que le début des soldes d’été était décalé du 24 juin au 15 juillet, afin de répondre à la demande de certains commerçants dont les points de vente sont restés longtemps fermés à cause du coronavirus.

«Les soldes débuteront le 15 juillet et elles dureront quatre semaines», a déclaré Bruno Le Maire sur RTL, expliquant que cette décision avait été prise à la «demande des petits commerçants». Le ministre s’est par ailleurs exprimé sur plusieurs autres sujets ce mardi sur RTL. Voici ce qu’il faut retenir.

L’économie française va se contracter de 11% cette année

Le gouvernement anticipe désormais une chute du produit intérieur brut (PIB) de 11% cette année en France, contre 8% jusqu’ici, a indiqué Bruno Le Maire.

«Le choc économique est extrêmement brutal» mais «j’ai la conviction absolue que nous allons rebondir en 2021», a déclaré Bruno Le Maire sur RTL. «Nous avons un énorme trou d’air» avec cette crise et une économie à l’arrêt pendant trois mois, a-t-il ajouté, répétant que selon lui «le plus dur du point de vue social et économique est devant nous».

» À voir aussi – Bruno Le Maire: «La récession en France en 2020 sera de -11%»

Le gouvernement entérinera cette nouvelle estimation de l’ampleur de la récession dans un nouveau projet de budget rectificatif qui doit être présenté en conseil des ministres le 10 juin. La semaine dernière l’Insee avait indiqué que la chute du PIB serait largement supérieure au 8% anticipé par le gouvernement, car la reprise de l’activité depuis le début du déconfinement sera «au mieux progressive au second semestre».

Le ministre de l’Économie mise sur les plans de soutien aux différents secteurs touchés par la crise (tourisme, automobile, aéronautique, etc.) et au plan de relance qui sera annoncé en septembre pour accélérer cette reprise. «Nous prenons toutes les mesures dans tous les secteurs», a-t-il assuré, citant également un futur plan pour les start-up technologiques «pour qu’elles ne soient pas rachetées les unes après les autres par les géants du digital».

Pas de hausse d’impôts

Bruno Le Maire a déclaré que le cap de la baisse des impôts «doit être tenu». «Il faut tenir le cap de la baisse des impôts pour les ménages», a-t-il martelé. Et d’ajouter : «Vous ne relancez pas une économie en alourdissant les impôts des ménages».

Pas de hausse d’impôts non plus pour les entreprises, si on lit entre les lignes, le ministre ayant expliqué : «Le défi de l’économie française est la compétitivité et l’amélioration de l’offre».

Le ministre veut du dialogue social chez Renault

Concernant Renault, Bruno Le Maire a souhaité ce mardi que la direction du constructeur mène un dialogue social constructif sur l’avenir des sites du groupe, notamment dans le Nord, pour valider le prêt garanti par l’Etat de 5 milliards d’euros dont l’entreprise a besoin.

Si le processus de dialogue social «est engagé de manière constructive et transparent, je signerai le prêt garanti de 5 milliards d’euros. Si ce n’est pas le cas et que je vois qu’on est dans une situation de blocage, il faudra poursuivre la discussion», a affirmé le ministre sur RTL. Le constructeur automobile, en difficulté, a annoncé la semaine dernière un plan d’économies de plus de 2 milliards d’euros, et un prêt bancaire de 5 milliards d’euros auquel l’Etat doit apporter sa garantie.

«Je souhaite pouvoir le débloquer bientôt parce que Renault a besoin de cet argent pour se reconstituer», a ajouté Bruno Le Maire, ajoutant que «tout dépendra de la réunion d’aujourd’hui (mardi) et de la manière dont Renault va engager ce dialogue social».

Le ministre de l’Économie reçoit à 10h30 les représentants syndicaux du site Renault de Maubeuge (Nord), les élus locaux et le président de Renault Jean-Dominique Senard pour évoquer l’avenir de ce site. «Aucune décision n’est arrêtée sur Maubeuge», a dit plusieurs fois Bruno Le Maire sur RTL.

Le fonds de solidarité maintenu

Le fonds de solidarité mis en place par le gouvernement français pour soutenir les petites entreprises pénalisées par la crise sanitaire liée au coronavirus sera maintenu jusqu’à la fin de l’année pour les cafés et restaurants, a annoncé Bruno Le Maire.

«Le fonds de solidarité sera maintenu jusqu’à la fin de l’année 2020» pour les entreprises de la restauration, a-t-il dit, alors que les restaurants et cafés rouvrent ce mardi en zone verte, avec une ouverture limitée aux terrasses pour ceux situés en zone orange.

Selon le ministre, 300.000 restaurants et cafés doivent rouvrir ce mardi en France, dont près de 60.000 en Île-de-France. «Nous sommes un peuple qui aime les cafés et les terrasses», a précisé Bruno Le Maire. Enfin, concernant plusieurs entreprises en difficulté (Conforama, La Halle – Vivarte, Camaïeu), le ministre a indiqué : «Nous cherchons des repreneurs, nous nous battons pour trouver des solutions».



Source link

Autres articles

les thermomètres sont devenus une denrée rare en France

administrateur

Exportations vers la Chine: Trump impose des limites

administrateur

Jadot trouve «aberrant» de relancer les vols courts quand il y a le train

administrateur

le débat sur l’augmentation de la durée du travail fait son grand retour

administrateur

à Sablé-sur-Sarthe, Valeo prend d’infinies précautions pour faire tourner son usine

administrateur

La France pourra-t-elle longtemps emprunter à des taux proches de zéro ?

administrateur