Image default
Economie

l’espoir d’un rebond pour le pont de l’Ascension


Gîtes, hôteliers, campings, se préparent à accueillir du monde à l’occasion des ponts de mai. Le littoral devrait être pris d’assaut.

Terrasse ou pas, les Français comptent bien profiter de leur liberté de déplacements bientôt retrouvée. À compter du 3 mai, ils pourront à nouveau circuler sans restrictions. La SNCF a d’ailleurs prévu de faire circuler «pratiquement tous» les trains pendant les ponts de mai, Ascension et Pentecôte.

Malgré les flous qui persistent sur la date de réouverture des terrasses et commerces, les professionnels de l’hébergement voient déjà depuis quelques jours les réservations grimper. «Depuis jeudi dernier, à l’annonce de la fin des restrictions de circulation, le téléphone a recommencé à sonner», se réjouit Franck Chadeau, dirigeant des établissements d’hôtellerie de plein air Chadotel. «On ne sait pas encore dans quelles conditions on va pouvoir accueillir nos clients, – terrasses ou pas, piscine ou pas – mais ils pourront se déplacer. Pour nous c’est déjà une très bonne nouvelle», ajoute Franck Chadeau, également président de la fédération Vendéenne d’hôtellerie de plein air.

Le week-end de l’Ascension est en général un temps fort de l’avant-saison pour les professionnels du tourisme. L’an dernier, à cette période, il n’était pas possible de circuler au-delà d’un périmètre de 100 kilomètres. Pour beaucoup d’hébergeurs, la saison s’est faite sans les ponts de Mai. Comparativement, en 2021 les perspectives sont meilleures. «Les réservations sont en baisses pour l’Ascension par rapport à une année normale, mais il y a du mieux par rapport à l’année dernière puisque nous n’avions pas le droit d’accueillir de touristes à la même époque», confirme Nicolas Dayot, président du syndicat départemental de l’hôtellerie de plein air en Bretagne.

« On s’attend à un bon mois de mai. »

Solange Escure, directrice générale de Gîtes de France

Du côté des locations de meublés, Gîte de France affiche déjà des taux d’occupation entre 50 et 85% selon les régions. «On s’attend à un bon mois de mai. Les gens ont tellement besoin de prendre l’air, de s’oxygéner, de sortir», souligne Solange Escure, directrice générale de Gîtes de France. D’après elle, la fermeture des restaurants ne freine pas les Français. «Si on a accès aux terrasses, ça sera du bonus, mais ça n’empêche pas les réservations», glisse-t-elle.

Les hébergeurs s’attendent à une grosse des réservations de dernière minute après les prochaines annonces d’allègements des mesures de restriction. Comme l’été dernier, le littoral devrait être pris d’assaut. «Les Français ont plus que jamais besoin de prendre l’air, en bord de mer en particulier», souligne Nicolas Dayot, du syndicat départemental de l’hôtellerie de plein air en Bretagne. «Dans une logique de proximité : les Franciliens commencent à réserver des meublés vers la Bretagne et la Normandie, les Bordelais sur la côte atlantique, les Lyonnais sur le littoral méditerranéen, etc..», confirme Didier Arino, directeur associé du cabinet Protourisme. «Les résidences secondaires vont aussi être prises d’assaut», anticipe-t-il. Encore inconnue, la date de réouverture des restaurants et des sites de visites pourrait aussi faire grimper le nombre de visiteurs à la journée.



Source link

Autres articles

ce courrier envoyé par des assureurs qui remet le feu aux poudres

administrateur

Le prix des iPhones et des consoles risque d’augmenter en 2021

administrateur

il réclame près de 90.000 euros à Airbnb

administrateur

Lancement d’un site pour évaluer l’efficacité des politiques publiques

administrateur

La nouvelle vie de Carlos Ghosn au Liban, un an après sa fuite du Japon

administrateur

Avec la pandémie de Covid-19, le fret aérien décolle

administrateur