Image default
Economie

l’exécutif veut parvenir à des décisions «d’ici l’été»


Des discussions sur l’assurance-chômage vont s’ouvrir «dans les semaines qui viennent» avec les organisations syndicales et patronales en vue de parvenir à des décisions «d’ici l’été», a annoncé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, à l’issue d’une réunion à l’Élysée sur les solutions à trouver en termes d’emploi, face à l’épidémie.

Ces discussions permettront de s’accorder sur «les critères ou les mesures à adapter pour tenir compte du contexte» de la crise, de même que sur la date d’application, a-t-on indiqué au ministère du Travail. Alors que toutes les organisations syndicales réclament l’annulation de cette réforme, dont le deuxième volet a été reporté au 1er septembre à cause de la crise, «les choses sont très, très ouvertes sur l’assurance-chômage», a précisé le ministère. «Il y a probablement certains sujets qui sont inapplicables aujourd’hui, ou en tout cas pas applicables» à une «date rapide», a relevé Muriel Pénicaud sans plus de détails.

D’«autres chantiers de concertation»

Ce n’est pas le seul sujet qui va faire l’objet de concertations. Le dossier chômage partiel sera lui aussi mis sur la table. À ce propos, la ministre a fait valoir que «l’État ne peut pas durablement prendre en charge, payer les salaires de millions de personnes dans le secteur privé». Elle a jugé «nécessaire» de créer «un dispositif spécifique d’activité partielle mis en place par un accord collectif d’entreprise ou de branche», qui donnerait lieu à indemnisation «en contrepartie du maintien dans l’emploi». «Les conditions de cette activité partielle de longue durée seront définies d’ici 15 jours. Dès lundi, je commence les concertations avec les partenaires sociaux sur le sujet», a-t-elle poursuivi, ajoutant que des «mesures sectorielles» pourraient compléter ce dispositif.

La ministre mènera d‘«autres chantiers de concertation dans les jours qui viennent». L’un concernera l’emploi des jeunes, «qui risquent d’être toujours les derniers embauchés dans un contexte de crise». «Près de 800.000 jeunes vont sortir du système scolaire ou universitaire cet été, il faut qu’il y ait une réponse qui leur permette de se projeter dans l’avenir», a-t-elle dit.

Formation et travailleurs détachés

Un autre chantier a trait à la formation: «Que ce soient les salariés en chômage partiel ou les demandeurs d’emploi, il faut permettre à chacun d’utiliser cette période difficile comme une occasion de rebond et de développement des compétences extrêmement nécessaires demain en matière numérique, de transition écologique, d’aide aux personnes…». Il y aura «une discussion avec les partenaires sociaux» pour voir «comment mobiliser les instruments existants, quitte à les modifier», a-t-elle ajouté, citant le «plan d’investissement dans les compétences» et le «compte personnel de formation».

Autre sujet de discussion: la régulation du travail détaché. «Au moment où le chômage reprend, évidemment, l’importance du travail détaché en France interroge», a relevé la ministre, disposée à «voir comment le réguler mieux». Enfin, le gouvernement entend se pencher, avec les partenaires sociaux, sur «les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants», sur les questions d’emploi, de compétences et de chômage partiel.



Source link

Autres articles

Warren Buffett a vendu la totalité de ses actions dans les compagnies aériennes américaines

administrateur

quel budget pour quel type de bien ?

administrateur

le scénario d’un chômage à 20-25% et d’une chute du PIB de 30%

administrateur

Les finances du Vatican mises à mal par la pandémie

administrateur

Les précautions à prendre avant d’acheter un logement à rénover

administrateur

Le tabac mentholé interdit à la vente en Europe à partir de mercredi

administrateur