Image default
Economie

Loger bon marché chez un senior devient plus facile pour les jeunes


La cohabitation intergénérationnelle a le vend en poupe. Services et applications en ligne se multiplient, mêlant solidarité et avantage financier.

Disposer d’un logement a prix réduit moyennant quelques services du quotidien auprès d’une personne âgée, le principe n’est pas nouveau. Toute la difficulté consiste à trouver l’information et à former des duos les plus harmonieux possible. Diverses initiatives sont venues faciliter la donne et pourraient doper ce service pour le plus grand bien de seniors isolés et de jeunes disposant d’un budget limité.

» LIRE AUSSI – Le gouvernement a trouvé une solution pour faire cohabiter seniors et jeunes

Sur Internet, deux plateformes se sont lancées quasi simultanément il y a quelques mois. La start-up Colette promet ainsi une grande simplicité d’utilisation et des prix intéressants pour des logements bien placés pour des étudiants. Selon ses calculs, les logements intergénérationnels qu’elle propose sont de 20 à 44% moins chers que leur équivalent «classique» et offrent des surfaces bien plus spacieuses (à partir de 500 euros à Paris pour 25 m² en moyenne contre 12 m² pour un studio étudiant traditionnel). Autre avantage: des formalités très réduites en l’absence de dossier à monter ou de caution à verser, Colette se portant garant et assurant le jeune locataire. Désormais cette cohabitation intergénérationnelle est encadrée par la loi et s’adresse, côté jeunes, exclusivement aux moins de 30 ans. Par ailleurs, la faiblesse du loyer est directement corrélée aux menues tâches à fournir et tout cela est encadré par un contrat unissant les deux parties.

Solidarité et bienveillance

Du côté de Xenia, on insiste un peu plus sur la solidarité et la bienveillance entre les générations. «J’ai été frappée d’apprendre que l’espérance de vie d’un senior baisse de 7 ans dans une maison de retraite, explique la fondatrice de Xenia, Céline Amaury comme déclencheur de son envie de proposer ce service. Et par ailleurs, 15% des étudiants arrêtent leurs études en première année pour des problèmes financiers.» Elle table sur de tout petits loyers, de l’ordre de 150 à 300 euros par mois, pour peu que les seniors concernés soient prêts à jouer le jeu. Elle compte par ailleurs sur sa plateforme pour rapprocher des jeunes et des seniors partageant des passions ou des goûts communs et espère apporter sa pierre à l’édifice du «bien vieillir ensemble». Dans un premier temps, la plateforme devrait se concentrer sur les principales villes françaises accueillant le plus d’étudiants. Si les étudiants sont très demandeurs, ce genre de service doit encore être popularisé auprès des seniors puisque selon Cécile Amaury son site compte 9 demandes pour une offre.

L’enseigne de résidences services seniors Dominais œuvre quant à elle depuis 4 ans pour populariser ce concept de logement intergénérationnel avec son opération Partage. Cette formule permet de loger gratuitement des étudiants dans un appartement neuf tout en les laissant profiter des espaces club de la résidence (piscine, salle de sport, bibliothèque…). Inconvénient de l’initiative: elle ne concernera que 30 étudiants cette année et se répartit sur tout le territoire, sans priorité pour les principales villes étudiantes.





Source link

Autres articles

Amazon Prime Video élargit son offre en France à l’achat et la location de films

administrateur

Pour sortir de l’impasse, les Vingt-Sept réduisent la voilure du plan de relance

administrateur

Le télétravail pourrait devenir la norme durablement

administrateur

«On s’attend à une augmentation du chômage, on ne va pas se mentir», prévient Agnès Pannier-Runacher

administrateur

Ces divorces nés du confinement qui risquent d’avoir un impact immobilier

administrateur

Les finances du Vatican mises à mal par la pandémie

administrateur