Image default
Economie

Logos blanc et noir, dons… Les sociétés de la tech s’engagent après les émeutes antiracistes


Depuis la mort de George Floyd, cet afro américain asphyxié par le genou d’un policier blanc le 25 mai dernier à Minneapolis et les violentes manifestations antiracistes qui ont éclaté à travers les États-Unis, plusieurs géants de la tech ont voulu montrer leur soutien aux personnes victimes de racisme. Sur Twitter, sur LinkedIn, dans des déclarations officielles ou des mémos envoyés à leurs employés, les PDG de ces entreprises ont partagé leur tristesse et leurs ambitions pour un monde plus équitable. «Le passé douloureux est toujours présent aujourd’hui, non seulement sous une forme violente, mais aussi dans l’expérience quotidienne d’une discrimination profondément enracinée», a regretté Tim Cook, le PDG d’Apple. «Chaque minute que nous passons silencieux face au mal et aux actes répréhensibles, nous soutenons implicitement les malfaiteurs», a renchéri le fondateur de Snapchat, Evan Spiegel.

Au-delà des communiqués, certaines entreprises du numérique ont manifesté leur support via plusieurs initiatives symboliques. Sur Twitter, les comptes officiels de Twitter, Facebook et YouTube ont notamment modifié leur logo pour une version en noir et blanc. Microsoft a pour sa part décidé d’utiliser le réseau social pour publier des témoignages provenant de certains de ses employés noirs et afro-Américains, «afin d’amplifier leurs voix». Pour Sony, le soutien se traduit par le report d’une conférence en ligne prévue initialement le 4 juin. Cet événement aurait dû permettre au japonais de dévoiler les très attendus premiers jeux de PS5, mais devant un tel climat social, l’entreprise a expliqué vouloir «prendre du recul pour permettre à des voix plus importantes d’être entendues».

Violentes critiques d’internautes

Diverses actions concrètes devraient également voir le jour. Apple et Google ont tous deux affirmé qu’ils allaient débloquer des fonds pour l’association Equal Justice Initiative, qui milite pour une réforme du système judiciaire et procure une aide juridique aux plus démunis. Ils ont également promis aux employés qui décideraient de faire un don personnel à une association luttant contre le racisme que leur entreprise offrirait dès lors la même somme. Outre un don, le PDG de Snapchat Evan Spiegel a également incité à la création d’une commission non partisane pour défendre les droits de la communauté noire, et à taxer les Américains les plus aisés à un taux plus important. Les dirigeants d’Uber, d’Amazon, d’Airbnb et bien d’autres se sont également exprimés.

Malgré ces promesses de dons et ces paroles apaisantes, certains ont dû faire face à de violentes critiques de la part des internautes, accusant certains GAFA d’entretenir par certaines de leur (non) actions ce climat. Ainsi, des dizaines d’employés de Facebook ont organisé une manifestation virtuelle contre la décision de leur PDG de ne pas modérer certains posts polémiques de Donald Trump, contrairement à Twitter. De la même manière, YouTube a beau avoir proposé à ses salariés de ne pas travailler mardi pour se focaliser sur des solutions visant à promouvoir l’équité raciale, la filiale de Google subit de vives attaques. Elle est depuis longtemps accusée d’avoir laissé des contenus suprémacistes proliférer sur sa plateforme.



Source link

Autres articles

«Espérons que le Conseil constitutionnel censurera ce texte mal ficelé»

administrateur

Animaux de compagnie et location : ce qu’il faut savoir

administrateur

En l’absence de fidèles, les lieux de culte en difficulté financière

administrateur

Pour les restaurants parisiens, un retour à la normale en trompe-l’œil

administrateur

l’Égypte demande le soutien financier du FMI

administrateur

à quoi ressemblera la plateforme de La Poste annoncée par Philippe ?

administrateur