Image default
Economie

l’opération «Ventes à perte» de Cdiscount rend perplexes de nombreux internautes


«Ventes à perte». C’est le nom de la nouvelle opération de soldes de Cdiscount lancée le 5 août. Un slogan qui n’a pas manqué d’interpeller les internautes, un certain nombre ayant tenu à rappeler sur les réseaux sociaux que ce procédé est interdit par la loi. Ce qui est exact, sauf dans sept cas identifiés par le Code de commerce, dont les soldes. «Les ventes qui sont accompagnées ou précédées de publicité et sont annoncées comme tendant, par une réduction de prix, à l’écoulement accéléré de marchandises en stock» sont autorisées, est-il écrit. Hors période de soldes, en revanche la vente à perte est passible d’une amende de 75.000 euros maximum pour la personne physique et de 375.000 euros maximum pour la personne morale. Une peine à laquelle ne s’expose donc pas Cdiscount.

Un autre élément a été relevé par des internautes :un certain nombre de prix barrés, censés mettre en évidence la bonne affaire réalisée par le consommateur, peuvent en effet sembler anormalement élevés, avec des montants affichés bien supérieurs aux prix du marché. Par exemple, un jeu Mario Kart pour Nintendo Switch vendu par Cdiscount était officiellement soldé à 44 euros au lieu de… 360 euros. Or sur la boutique officielle de Nintendo, ce jeu ne coûte que 59 euros. Contacté, le site explique que ce prix de référence était issu d’un bug et qu’il a depuis été corrigé.

Cependant, une autre annonce de Cdiscount, proposant un appareil photo Canon EOS 2000D avec objectif pour la somme de 359 euros au lieu de 557 euros, n’a pas été supprimée. Pourtant la boutique en ligne de Canon propose le même produit au prix bien moins élevé de 449 euros. Ce prix de référence, à partir duquel est calculé le pourcentage de la réduction, est fixé librement par l’annonceur. Toutefois, le Code de la consommation précise bien qu’une pratique commerciale est trompeuse « lorsqu’elle repose sur des allégations, des indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l’un ou plusieurs des éléments suivants : […] le prix ou le mode de calcul du prix, le caractère promotionnel du prix et les conditions de vente, de paiement et de livraison du bien ou du service. »

Contacté, Cdiscount dément formellement avoir adopté une pratique frauduleuse : «nous nous attachons à nous inscrire complètement dans le respect de la réglementation applicable ; le nouveau prix doit être calculé à partir d’un prix de référence qui ne peut pas dépasser le prix le plus bas pratiqué sur notre site lors des 30 jours qui précèdent le début des soldes.» Autrement dit, si le prix le plus bas auquel un produit a été vendu sur le site dans les 30 jours précédant les soldes était, par exemple, de 400 euros, alors c’est ce chiffre qui apparaîtra barré et permettra de calculer le pourcentage de la réduction. Concernant l’appareil photo, «le prix de référence indiqué est bien le prix le plus bas pratiqué par Cdiscount dans les 30 jours précédents», se défend le site. Pour justifier la différence avec la boutique officielle de Canon, la plateforme répond qu’il est «possible que ce prix ait fluctué ces dernières semaines.»

Autre exemple de vente, tellement «à perte» qu’elle en devient incompréhensible, cette paire de baskets au prix de référence de 55 euros vendue… 0,1 centime d’euro. Ce vendredi, le prix a finalement été réévalué à 13 euros. Bug corrigé ou acte volontaire ? Difficile à savoir, car ce produit fait partie des nombreux à être proposés sur Cdiscount par des revendeurs. Car le site de e-commerce ne vend pas seulement en son nom, il est également un hébergeur pour environ 12.000 vendeurs extérieurs. Or Cdiscount ne peut pas imposer de prix à ces derniers, cela étant prohibé par le Code de commerce. Les revendeurs sont donc libres de pratiquer les prix de référence et prix soldés de leur choix. Le site n’est de son côté pas responsable. Toutefois, «si un problème est remonté par un tiers sur la fiche produit, nous signalons l’information au vendeur», précise Cdiscount. Aucun des revendeurs contactés n’a répondu aux questions du Figaro.

Des baskets vendues à 0,01 centime d’euro au lieu de 55 euros; Capture d’écran Cdiscount



Source link

Autres articles

Les squatteurs de logements bientôt expulsés en…trois jours?

administrateur

Les chauffeurs d’Uber et de Lyft sont des salariés, répète le régulateur californien

administrateur

StopCovid, l’appli de traçage enfin disponible pour la phase 2 du déconfinement

administrateur

La vente des masques de nouveau autorisée dans les pharmacies

administrateur

Rester attractive, un enjeu pour la France

administrateur

L’exécutif réfléchit à «une charte des contreparties» pour les entreprises recevant des aides

administrateur