Image default
Finance

Louis Dreyfus vend 45 % de ses parts au fonds souverain d’Abou Dhabi



Publié le 11 nov. 2020 à 15:47

C’est la fin d’une exception qui aura duré 169 ans ! Pour la première fois de sa longue histoire, le groupe familial Louis Dreyfus Company (LDC), un des quatre plus grands négociants de matières premières au monde, va accueillir un investisseur extérieur à son capital.

Aux termes d’un accord annoncé mercredi, le holding de contrôle de LDC détenu par Maragarita Louis-Dreyfus va céder une participation indirecte de 45 % à ADQ, anciennement connue sous le nom d’Abu Dhabi Development Holding Co. 

Les conditions financières n’ont pas été divulguées mais à fin juin, la valeur comptable du groupe s’élevait à 4,5 milliards de dollars. Une partie du produit de la vente, soit un minimum de 800 millions de dollars (678 millions d’euros), serait investie dans LDC, notamment pour financer l’accélération de ses investissements stratégiques, lit-on toujours dans le communiqué. 

« Nous sommes ravis d’accueillir ADQ dans notre groupe d’actionnaires comme un investisseur et un partenaire de long terme, avec une vision commune pour l’avenir de LDC, une expérience qui ajoutera de la valeur à notre activité et soutiendra les ambitions du groupe », écrit Margarita Louis-Dreyfus. La femme d’affaires suisse, d’origine russe a pris les commandes du groupe après la mort de son mari Robert Louis-Dreyfus en 2009. Selon un accord de long terme passé par son époux, elle était dans l’obligation de racheter les parts des actionnaires familiaux minoritaires désirant vendre. Ce qui l’a contraint de dépenser des centaines de millions de dollars ces dix dernières années. 

Ces opérations étaient d’autant plus délicates que la rentabilité du négociant est sous haute pression depuis plusieurs années, sur fond de recul des bénéfices sur des marchés agricoles difficiles. Margarita Louis-Dreyfus a finalement porté l’an dernier à plus de 96 %, contre 50,1 % initialement, la participation de son trust familial Akira dans Louis Dreyfus Company Holdings B.V. (LDHBV), la structure qui détient la participation familiale dans LDC.

Cet accord donnera donc à Louis-Dreyfus une injection de liquidités bienvenue pour l’aider à rembourser le milliard de dollars qu’elle avait emprunté pour racheter les parts des autres membres de la famille.

Renforcer la sécurité alimentaire des Emirats arabes unis

La transaction comprend également un accord commercial de longue durée avec ADQ pour la fourniture de matières premières agricoles aux Emirats arabes unis. Pour ADQ,, l’acquisition d’une participation minoritaire dans l’un des quatre plus grands négociants de céréales, d’oléagineux et de sucre contribuera à renforcer la sécurité alimentaire des Emirats arabes unis. En juin, le fonds s’est entretenu avec des banques pour obtenir des prêts afin de financer une série d’acquisitions, notamment l’achat de 50 % des parts de l’entreprise agricole Al Dahra Holding Co. Cet accord intervient alors que les gouvernements du monde entier accélèrent leurs efforts pour s’assurer qu’ils peuvent nourrir leurs citoyens, après les perturbations causées par la pandémie de coronavirus. 



Source link

Autres articles

Kodak dans le viseur du gendarme boursier américain

administrateur

Crise du coronavirus : le fonds souverain norvégien perd 18 milliards au premier semestre

administrateur

Unibail : l’offensive de Niel et Bressler dans la roue des vendeurs à découvert

administrateur

Paiement : Lydia se lance dans le « crédit conso » avec Younited

administrateur

Comment la régulation financière a été assouplie sous Donald Trump

administrateur

Télécoms : le sous-traitant Solutions 30 rejoint l’indice SBF 120 sur fond de ruée vers la fibre

administrateur