Image default
Economie

l’UFC Que Choisir réclame une baisse des cotisations aux assureurs


De l’«enfumage ». Voilà comment l’UFC Que Choisir qualifie le refus quasi généralisé des assureurs auto et moto de faire bénéficier leurs clients des substantielles économies réalisées lors du premier confinement au printemps. Dans un communiqué publié ce mardi, l’association de défense des consommateurs rappelle que ces derniers ont réalisé 2,2 milliards d’euros d’économies pendant cette période où les déplacements étaient interdits. Pourtant, rares sont ceux à avoir concédé des ristournes à leurs clients. «L’association exige la restitution du trop-perçu aux assurés et appelle ces derniers à faire jouer la concurrence, notamment au profit des assureurs vertueux », lance-t-elle ce mardi.

Plus grave selon l’UFC, les assureurs prévoient l’an prochain d’augmenter leurs tarifs de 2% en moyenne, la majorité d’entre eux ayant prévu de transférer dans les tarifs auto une partie des charges liées à l’indemnisation des assurances pertes d’exploitation, expliquait en septembre dernier une étude du cabinet Facts & Figures. Cette décision est «aussi incompréhensible qu’inacceptable», juge l’association. D’autant plus que la Fédération française de l’assurance (FFA) s’était engagée, dans un courrier adressé à l’UFC Que Choisir en avril dernier, à ne pas le faire. «S’il se trouve que les primes perçues ont été supérieures aux sinistres payés, cela se répercutera sur les tarifs de l’année 2021», promettait-elle à l’époque. Une promesse qui ne sera visiblement pas tenue, regrette l’association, qui demande «une stricte modération tarifaire des cotisations 2021».

Baisse de 50 euros

Mais dès aujourd’hui, l’UFC Que Choisir exige des assureurs qu’ils fassent un geste sur les cotisations de leurs clients. D’après ses calculs, ces dernières pourraient baisser de 50 euros par automobile et 29 euros par moto si les 2,2 milliards économisés par le secteur étaient restitués. Mais à ce stade, seuls la Maif, la Matmut, la Macif ou encore GMF ont consenti à des gestes tarifaires. «Des assureurs qui refusent de rétrocéder publiquement cette manne, comme Allianz ou Crédit Mutuel assurances, consentent, en catimini et de manière purement discrétionnaire, des ristournes individuelles», relève l’association.

Au printemps, les assureurs justifiaient leur refus d’agir par la crainte d’un rebond des accidents avec le déconfinement. Un argument aujourd’hui «clairement contredit par la réalité des faits», estime l’UFC, «puisque avant même le deuxième confinement, les accidents de la route ont déjà chuté de 14 % sur l’ensemble de l’année». Les assureurs ont aussi mis en avant le fait que «l‘équilibre du secteur était menacé par la baisse des marchés financiers». Pourtant, «leur fort rebond au cours de l’année a éloigné ce risque, d’autant plus que ces opérations boursières pèsent plus de deux fois moins que les lourdes dépenses engagées pour acquérir de nouveaux clients», note l’association.

Faire jouer la concurrence

Les assureurs préfèrent, selon l’UFC Que Choisir, concentrer leurs efforts financiers sur les prospects à qui ils concèdent d’importantes ristournes. «À cet égard, Axa et la MAAF, se détachent tristement avec des remises allant de quatre mois de cotisation à 200 euros. Là où le bât blesse, c’est que ces prix cassés sont financés par les assurés fidèles», constate-t-elle. Elle évoque un «malus de fidélité» qui, par ailleurs, porte atteinte au principe de mutualisation de l’assurance. «Pour l’assureur, la prime n’est plus seulement fixée selon l’anticipation d’un sinistre à indemniser. Elle peut également varier selon la crainte de voir son client filer chez un autre assureur, quel dévoiement ! ».

Cette situation pénalise les ménages les plus fragiles qui ont tendance à moins solliciter la concurrence, regrette l’association. Elle encourage donc les Français à réclamer une baisse de cotisation et à ne pas hésiter à aller voir ailleurs en cas de refus de son assureur. L’UFC Que Choisir met même à disposition un courrier type, déjà téléchargé par 600.000 consommateurs.



Source link

Autres articles

Les discriminations au travail davantage dénoncées

administrateur

pourquoi la loi bafoue le droit à la propriété

administrateur

des mesures trop et mal ciblées

administrateur

le gouvernement a-t-il une carte à jouer en faisant pression sur Speedy ?

administrateur

Les commerçants des stations balnéaires plutôt satisfaits de leur mois de juillet

administrateur

Le prix des masques va continuer de baisser, selon Michel-Édouard Leclerc

administrateur