Image default
Economie

Lufthansa désignée compagnie la plus polluante d’Europe suivie de British Airways et Air France


Un rapport publié par deux ONG détaille les émissions de CO2 des principales compagnies européennes en 2019.

Alors que la loi climat doit être présentée ce lundi matin au Palais Bourbon, deux ONG européennes Carbon Market Watch et Transport & environnement (T&E), publient une estimation des émissions de CO2 produites par les principales compagnies aériennes du vieux continent.

On trouve en première place l’Allemand Lufthansa , qui a émis plus de 19 millions de tonnes de gaz carbonique en 2019 suivis de British Airways à 18,38 millions et Air France,14,39 millions selon les deux organisations. À noter que pour ce dernier n’est pas pris en compte KLM. La marque néerlandaise se situe au cinquième rang étant à l’origine d’un peu plus de dix millions de tonnes de CO2. Pour les ONG les écarts de pollution rejetée s’expliquent par l’exposition plus importante des grands transporteurs aux vols internationaux, à l’origine de la majorité des émissions.

Ces vols internationaux ne sont pas soumis au système du marché d’émission de carbone, mis en place au sein de l’UE, qui oblige les compagnies à compenser une partie des externalités négatives liées à la pollution. Il ne fonctionne que pour les vols à l’intérieur d’un pays ou entre les membres de l’Union européenne. De fait «dans le cas de Lufthansa, de British Airways et d’Air France, les compagnies ne déboursent pas un centime respectivement pour 77 %, 86 % et 83 % de leurs émissions» critique le rapport.

Cela pourrait rapidement changer. En juin prochain, la Commission européenne devra décider si elle fait appliquer la même législation pour les vols qui entrent ou qui sortent de l’Europe. Mais une initiative similaire en 2008 n’avait pas été adopté.

Un secteur sous perfusion

Les ONG mettent en perspective le refus d’une fiscalité plus lourde et le montant des aides reçu par l’aérien, particulièrement touché par la crise Covid. Selon le rapport Lufthansa, British Airways et Air France auraient touché près de 16,4 milliards d’euros d’aide. « Un tiers des subventions aux compagnies aériennes est attribué aux trois transporteurs les plus polluants», condamne Andrew Murphy, responsable de l’aviation chez T&E, qui appelle à un changement de politique: «Après avoir passé les 12 derniers mois à les abreuver d’aides, les gouvernements doivent changer leur fusil d’épaule et se concentrer sur l’écologisation du secteur. Il faut imposer aux compagnies aériennes de payer pour les émissions sur tous leurs vols, et de commencer à utiliser des carburants plus propres. »

De leur côté les constructeurs indiquent faire déjà des efforts pour réduire leur empreinte carbone, notamment au travers de l’achat d’appareils nouvel générations de type Néo, capable de diminuer la pollution de 25% tandis qu’ils continuent de travailler sur l’avion vert.



Source link

Autres articles

l’équivalent de 255 millions d’emplois à temps plein détruits en 2020

administrateur

Avec la pandémie de Covid-19, le fret aérien décolle

administrateur

Comment financer ses travaux ?

administrateur

Un troisième budget de crise aux mains des députés

administrateur

Une attestation nécessaire pour prendre les transports en commun en Île-de-France à partir de lundi

administrateur

les restaurants parisiens inquiets à l’idée d’une nouvelle fermeture totale

administrateur