Image default
Economie

Maserati mise sur le tout électrique et une «Supercar» pour se relancer


Le constructeur automobile de luxe italien Maserati, en difficulté depuis plusieurs années, a annoncé jeudi qu’il allait lancer 13 nouveaux modèles d’ici 2024, dont une «Supercar», et électrifier complètement sa gamme.

Sa nouvelle «Supercar», baptisée MC20, est une sportive de luxe aux portières en élytre (fixées à l’aile avant et pivotant vers le haut). La MC20 dispose d’une puissance de 630 chevaux grâce au nouveau moteur Nettuno conçu entièrement par Maserati, à Modène (nord), le siège de la maison. Ce V6 bi-turbo permet de passer de 0 à 100 km/h en moins de 2,9 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de plus de 325 km/h.

Alors que Maserati utilisait ces dernières années les moteurs de Ferrari, Nettuno signe «le retour de Maserati à la production de ses propres groupes motopropulseurs après une interruption de plus de 20 ans», s’est félicitée la marque au Trident. Le groupe, qui n’avait pas présenté de nouveau modèle depuis le lancement du SUV (4X4 de luxe urbain) Levante en 2016, compte renouveler complètement sa gamme.

Outre la MC20, elle va lancer 12 nouveaux modèles d’ici quatre ans, dont un nouveau SUV baptisé Grecale, et réactualiser trois modèles existants. Dès 2022 sera lancé le premier véhicule entièrement électrique de Maserati, la GranTurismo. Maserati a fait ses premiers pas vers l’électrification avec la Ghibli Hybrid, lancée en juillet.

En perte de vitesse

«Tous nos nouveaux modèles seront électrifiés», utiliseront «les systèmes les plus avancés de connectivité» et un nouveau «moteur à combustion inspiré de la technologie de Formule 1», a affirmé Davide Grasso, le patron de Maserati, marque du constructeur italo-américain Fiat Chrysler (FCA). «Avec la MC20, nous posons la pierre angulaire pour construire le futur de Maserati (…) c’est le début d’une nouvelle ère», a-t-il assuré lors de la présentation en grande pompe mercredi soir de cette Supercar, dont la production débutera fin 2020.

La marque est en perte de vitesse. Après avoir connu une forte hausse de ses ventes en 2016 (+30%) et 2017 (+22%), atteignant cette année-là un pic de 51.500 voitures, elle subit depuis une baisse continue: -32% en 2018 et -45% en 2019 (avec seulement 19.300 véhicules). Et 2020, avec l’épidémie de coronavirus, a été dévastatrice comme pour tout le secteur.

«Le problème de Maserati est qu’il se situe entre le luxe (Aston Martin, Bentley…), un segment en difficulté, et le marché des Supercar (Ferrari, Lamborghini…), qui est lui en croissance, avec des carnets de commandes pleins sur 6 mois ou un an, et qui a su étendre sa gamme vers des modèles destinés à un public plus large», explique à l’AFP Carlo Alberto Carnevale-Maffè, professeur de stratégie à l’Université Bocconi de Milan. «La marque avait été très bien relancée par Sergio Marchionne (l’ex-patron de FCA), en particulier aux États-Unis, mais Maserati a ensuite connu des hauts et des bas jusqu’à être en crise».

Avec sa nouvelle gamme, le groupe estime qu’il réalisera en 2025 70% de ses ventes sur le segment SUV (+40% par rapport à 2019) et 15% dans les berlines sportives (+52%).



Source link

Autres articles

Rester attractive, un enjeu pour la France

administrateur

la tentation de la TVA sociale

administrateur

À Paris, Hidalgo veut pérenniser les «corona pistes» pour les vélos

administrateur

Guerre ouverte entre les créateurs de Fortnite et les géants Google et Apple

administrateur

Dati dénonce à la justice des faits de favoristime et de détournement de fonds publics

administrateur

La crise sanitaire pourrait faire les affaires de ce bunker pour millionnaires

administrateur