Image default
Finance

New York, premier centre financier, talonné par la City de Londres



Publié le 29 sept. 2020 à 12:36Mis à jour le 29 sept. 2020 à 12:53

New York reste la place la plus attrayante pour tous les financiers de la planète, celle où les carrières décollent et les destins se jouent. Elle est talonnée par la City de Londres selon le classement en septembre de la compétitivité des places. Il est établi par Z/Yen, un groupe de réflexion anglais et le China Development Institute. Il est réalisé selon 5 catégories de critères (développement du secteur financier, environnement réglementaire et en matière d’impôts, infrastructures, matière « grise » disponible, réputation de la place et innovation), qui, deux fois par an (mars et septembre), donnent une note synthétique à chaque ville, son indice de compétitivité (GFCI). Elles obtiennent une deuxième évaluation subjective sur la base d’un sondage auprès de 8.500 financiers. Ce deuxième classement est sensiblement différent sauf pour les quatre premiers du classement.

Shanghai soutien du renminbi

La place idéale des financiers est grande, innovante, peu régulée et taxée. Or si la crise du Covid a, en moyenne, entraîné une détérioration de la compétitivité des places financières, les 10 plus grandes en sortent au contraire renforcées. Plus résistantes, flexibles et sûres dans ces temps d’incertitudes, leur capacité de rebond est aussi jugée plus forte. Elles ont connu un regain d’activité et des volumes (actions, dérivés…) lors de la crise sanitaire.

De plus en plus incontournable au fil des années, Shanghai a remplacé Tokyo à la 3e place cette année. L’internationalisation du renminbi , un des objectifs de Pékin, est favorisée par l’essor du « Wall Street chinois ».

Sous le soleil de Miami

De 2007 à 2016 Londres était la place la plus attrayante et compétitive. Elle a perdu son leadership au bénéfice de New York à cause du Brexit . Les financiers de la City sont d’ailleurs les plus pessimistes sur l’évolution de la compétitivité de leur place, et les chinois les plus confiants dans le développement de Shanghai. Si New York décidait de taxer ses plus hauts revenus comme le laisse entendre son gouverneur en l’absence d’aide fédérale pour traverser la crise, sa compétitivité en serait toutefois affectée. Un certain nombre de hedge funds et firmes de trading ont déjà émigré vers le soleil de Floride ou envisagent de le faire. Cet Etat, un des 7 qui ne prélève pas d’impôts sur les revenus, veut attirer les financiers. Ils investissent aussi dans le marché immobilier de luxe local.

Recul de 3 places pour Paris

Le Luxembourg (12) est la place européenne la plus compétitive selon les indices GFCI. Genève (14e) et Francfort (16e) sont au coude à coude. La place financière de Paris est 18e sur 111, en recul de 3 places par rapport au précédent classement. Dubaï (17e) perd 5 places mais reste loin devant Abou Dhabi (33) et Doha (56). Dans les deux à trois prochaines années, les professionnels anticipent une montée en puissance des places chinoises (Shanghai, Qingdao), asiatiques (Singapour, Seoul) et indienne (centre financier de Gujarat). Stuttgart est la place européenne qui a le plus fort potentiel de progression.



Source link

Autres articles

Crise du coronavirus : quand les fonds souverains jouent à domicile

administrateur

La finance mondiale face au risque d’un « Lehman Brothers » des cryptos

administrateur

L’or proche de ses records

administrateur

Wirecard : dix questions sur le scandale financier qui secoue l’Allemagne

administrateur

Pourquoi les banques plébiscitent l’argent de la BCE

administrateur

En six mois, 10.000 entreprises ont saisi le médiateur suite à un crédit refusé par leur banque

administrateur