Image default
Finance

Nouvelles tensions au sein du Conseil des gouverneurs sur la politique de la BCE



Publié le 29 sept. 2020 à 18:37

« Ni colombe, ni faucon, je serai une chouette, un oiseau souvent associé à – un peu – de sagesse. » En prenant ses fonctions à la tête de la Banque centrale européenne, le 12 décembre dernier, Christine Lagarde avait choisi, par une pirouette, de se placer au-dessus de la mêlée. Une façon symbolique d’annoncer une nouvelle méthode de gouvernance dans l’élaboration de la politique monétaire.

Elle avait alors hérité d’un Conseil des gouverneurs particulièrement divisés. Les « faucons », partisans d’une politique monétaire orthodoxe avaient mené une fronde qui avait terni les dernières semaines de la présidence de Mario Draghi, aux méthodes parfois jugées brutales.

Christine Lagarde s’est donc fixé comme règle d’écouter tout le monde au sein du Conseil, sans idée préconçue et de chercher le consensus. Une tactique qui a permis de ramener le calme, mais qui trouve ses premières limites. Cette volonté de conciliation a pour contrepartie de brouiller le message de l’institution.

Message brouillé

Après la dernière conférence de politique monétaire de Christine Lagarde, le 10 septembre, les spécialistes de la BCE étaient un peu troublés pour déterminer la tonalité du message de la banque centrale. Laquelle affichait un certain optimisme – notamment un apparent détachement de la banque centrale face à la hausse de l’euro -, tout en évoquant des perspectives économiques à moyen terme encore très incertaines.

Or d’après des sources proches du Conseil des gouverneurs, citées par Reuters, les discussions avaient été ce jour-là particulièrement animées entre les partisans d’une réduction du soutien de la BCE à l’économie, qui mettaient en avant le rebond de l’activité du mois d’août, et ceux qui souhaitaient l’annonce d’une nouvelle série de mesures accommodantes.

Débat animé

« Il y a un vrai débat au sein du Conseil des gouverneurs, qui s’est notamment manifesté dans l’épisode de la rumeur sur une possible adaptation des programmes d’achats de la BCE », souligne Stéphane Déo, stratégiste chez La Banque Postale AM. Selon des sources, la Banque centrale réfléchissait à rendre son programme d’achat classique (QE) plus flexible, en s’inspirant du programme d’achat urgence pandémie (PEPP) adopté en mars, beaucoup plus souple, notamment en termes de montant maximum par pays.

« Ce n’est plus vraiment une opposition entre faucons et colombes, poursuit Stéphane Déo. Il y a d’un côté les attentistes, qui pensent que l’inflation est basse pour des raisons structurelles et que de nouvelles mesures agressives non seulement ne seront pas efficaces mais créeront encore plus de distorsion. Et de l’autre les volontaristes, comme Philip Lane, l’économiste en chef de la BCE, qui veulent en faire plus. »

« Situation saine »

En fin de semaine dernière, Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a remis de l’huile sur le feu, en déclarant « qu’il valait mieux que la banque centrale en fasse trop que pas assez » face à une inflation « inconfortablement inférieure à son objectif. » Yves Mersch, autre membre du directoire, a répliqué que, pour lui, les risques avaient au contraire plutôt baissé.

Fidèle à sa ligne conduite, Christine Lagarde a déclaré devant le Parlement européen lundi que l’existence de désaccords – modérés – au sein du directoire était plutôt saine. Mais si les débats s’enveniment, elle n’aura d’autre choix que de trancher. Les chiffres de l’inflation allemande, qui a connu sa plus forte baisse mensuelle en cinq ans, devraient faire pencher la balance du côté des volontaristes. La conférence annuelle organisée ce mercredi par les spécialistes de la BCE (ECB watchers), à laquelle participeront plusieurs membres de la banque centrale dont sa présidente, devrait être particulièrement suivie.



Source link

Autres articles

Philippe Crevel : « Le taux d’épargne restera élevé dans les prochains mois »

administrateur

La gouvernance de Covéa plus que jamais dans le viseur du superviseur français

administrateur

Eurazeo bascule dans le rouge au premier semestre

administrateur

Dernière ligne droite pour l’IPO géante d’Ant Financial

administrateur

Le fonds Silver Lake met la main sur Meilleurtaux

administrateur

Pourquoi la liquidité de l’euro-dollar s’est améliorée depuis 2015

administrateur