Image default
Finance

Oddo BHF et deux fonds en lice pour le rachat de la banque de détail de HSBC France



Les discussions autour de la vente de la banque de détail de HSBC France ont subi un sérieux coup de frein . Mais elles ne sont pas enterrées. Trois autres candidats se sont manifestés, en plus de La Banque Postale et Société Générale , selon nos informations : le franco-allemand Oddo BHF, le fonds américain Cerberus au travers de sa participation française reprise en 2016 My Money Bank (ex- GE Money Bank ), ainsi que le fonds britannique AnaCap par le biais de la banque Milleis rachetée la même année (ex- banque de détail de Barclays en France ).

Trois candidats qui ont le champ libre alors que les deux grandes banques se font plus prudentes que jamais avec la crise sanitaire. « Des discussions continuent d’être entretenues, mais en réalité il est très difficile d’évaluer l’impact de la crise sanitaire à ce stade sur la qualité du portefeuille de crédit de HSBC France », reconnaît-on ainsi du côté des deux grands établissements bancaires, qui sont eux-mêmes confrontés à des interrogations sur leur bilan.

Le vendeur compte-t-il revoir sa copie et envisager une vente à la découpe de son pôle de 5.000 salariés, 800.000 clients et 250 agences, compte tenu du profil de ces candidats pour faciliter la reprise ? Du point de vue du régulateur, le repreneur doit aussi avoir les reins suffisamment solides pour supporter 7 à 15 milliards d’euros d’actifs pondérés des risques. Pour autant à ce stade, un découpage des activités bancaires ne serait pas le scénario privilégié.

Consolidation européenne

Pour se positionner, des acquéreurs pourraient néanmoins envisager une alliance. Selon des sources, My Money Bank, spécialisé dans le rachat de prêts, pourrait ainsi offrir ses services de gestion des crédits à un autre candidat.

Parmi les candidats, le groupe de Philippe Oddo ne cache pas ses ambitions de consolider le marché en Europe depuis son rachat en 2016 de l’allemand BHF. A l’automne dernier, il est reparti à l’offensive en Allemagne lors du processus de mise en vente de Bankhaus Lampe . Alors qu’il était donné favori pour reprendre cette banque privée contrôlée par la famille industrielle Oetker, c’est finalement le chinois Fosun qui l’avait emporté via son entité allemande Hauck & Aufhaeuser.

La clientèle de HSBC France présente de sérieux atouts pour un acteur de la banque privée déjà très investi auprès des entrepreneurs et des PME européennes : le groupe sino-britannique envisageait au début du processus début février, selon des sources, de céder son portefeuille de clients détenant jusqu’à 10 millions d’euros de patrimoineet de PME générant jusqu’à 30 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Reste à s’accorder sur le coeur du dossier : le prix et le transfert d’effectifs. Avant même le déclenchement de la crise, il était question qu’HSBC cède ce pôle pour un prix proche de zéro . Le découpage des postes et le coût des agences suscitaient aussi des interrogations. Sans parler de la migration informatique, elle aussi exigeante. Le Covid-19 a complexifié encore l’équation.



Source link

Autres articles

La filière viande sous tension aux Etats-Unis

administrateur

Ménages en difficulté : la limitation des frais bancaires arrivera plus vite

administrateur

Pourquoi le pétrole retrouve de la vigueur

administrateur

Coronavirus : le prix du pétrole remonte doucement la pente

administrateur

Un Français sur cinq pourrait se détourner de son agence bancaire après la crise

administrateur

Entreprises en difficulté: les risques du prêt garanti

administrateur