Image default
Finance

Ofi AM paie son écot à la concentration des mutuelles d’assurance



Publié le 16 févr. 2021 à 8:00

La frénésie de mariages dans l’univers des mutuelles fait des dégâts collatéraux. Ofi Asset Management (AM) a perdu l’an dernier un mandat de 8,5 milliards d’euros géré pour le compte de la société de prévoyance Mutex, filiale d’Harmonie Mutuelle. Cette perte a pesé lourd sur les encours de la filiale de gestion d’actifs de la Macif et la Matmut, dont les actifs ont reculé 5 milliards l’an dernier, à 67 milliards d’euros fin décembre.

Le mandat de Mutex est désormais géré par Egamo, la filiale de gestion du groupe Vyv, formé en 2017 par Harmonie Mutuelle, la MGEN, Istya. « Nous avons eu connaissance dès mi-2019 de la perte de ce mandat, a expliqué Jean-Pierre Grimaud, directeur général d’Ofi, lors d’un point presse le 11 février. Au total, nous avons transféré environ 12 milliards auprès d’Egamo depuis dix-huit mois. » Ce montant inclut des mandats qui étaient gérés pour d’autres affiliés du groupe Vyv.

Actionnaires communs avec Egamo

Les encours d’Ofi sont toutefois déjà remontés au-dessus des 70 milliards d’euros fin janvier et le groupe n’anticipe pas de nouvelle érosion des actifs. « La base actionnariale d’Ofi n’a pas vocation à évoluer, donc il n’y a pas de raison majeure », assure Jean-Pierre Grimaud. Au-delà de la Macif et de la Matmut, qui contrôlent 87 % du capital, Ofi est détenu à 13 % par Ofivalmo Partenaires. Ce holding regroupe une multitude d’acteurs mutualistes, dont Mutex, et il détient aussi 16 %… d’Egamo.

Ofi est donc en partie tributaire des choix stratégiques des mutuelles, poussées à fusionner pour améliorer, voire atteindre, la rentabilité. La clientèle institutionnelle représente encore 95 % des encours de la société de gestion, avec des mandats investis à 59 % dans des produits de taux et de crédit, peu rémunérateurs.

Pour atténuer cette dépendance, Ofi mise sur une gestion et une clientèle plus diversifiées. Son pôle d’actifs non cotés gère 7,7 milliards d’euros, après avoir été amputé d’ Infravia , boutique spécialiste des infrastructures désormais indépendante. Le groupe compte aussi croître auprès des particuliers via des distributeurs tiers et auprès de la clientèle étrangère, qui pèse moins d’1 % des encours aujourd’hui.

JV à Hong Kong

Pour autant, les nouvelles ambitions internationales d’Ofi visent en priorité à offrir davantage de produits investis dans les pays émergents à ses clients historiques. La société de gestion va créer une coentreprise à Hong Kong avec Degroof Petercam AM (DPAM), filiale de la banque privée belge du même nom, qui gère 43 milliards d’euros. Le groupe parisien en détiendra 66 % et le bruxellois 34 %. « Nous avons commencé ensemble, il y a deux ans, une réflexion stratégique sur l’avenir de nos métiers, et avons constaté un intérêt commun pour l’Asie », explique, aux « Echos », Hugo Lasat, le patron de DPAM.

Les deux partenaires espèrent ouvrir au second semestre une société de gestion dans l’ancienne cité-Etat. « En raison de son poids en PIB, en capitalisation boursière et dans les émissions obligataires, la Chine va devenir prépondérante dans la plupart des indices [de marché, NDLR] », pointe Jean-Pierre Grimaud. Ofi souhaite « doubler d’ici à trois ou quatre ans » ses investissements dans les marchés émergents. Ils atteignent aujourd’hui « entre 400 et 500 millions d’euros » chez Ofi et environ 4 milliards chez DPAM.

Tous deux vont expatrier à Hong Kong plusieurs collaborateurs et constituer sur place une équipe de gestion et d’analyse financière, ainsi qu’une force commerciale pour vendre localement des fonds européens d’investissement responsable. Dans un marché déjà très prisé par les gestionnaires internationaux, parfois installés à Hong Kong depuis des décennies, « il faudra quatre ans avant que les premiers investisseurs locaux nous fassent confiance », anticipe Jean-Pierre Grimaud.



Source link

Autres articles

Le Parlement renonce au changement d’assurance emprunteur à tout moment

administrateur

Tesla: l’incroyable ascension qui affole les compteurs de Wall Street

administrateur

La filière viande sous tension aux Etats-Unis

administrateur

Assurance-vie: CNP maintient le cap sur les contrats plus risqués

administrateur

Les TPE et PME réservées sur le régime catastrophes proposé par les assureurs

administrateur

Deutsche Bank repasse dans le vert pour la première fois en six ans

administrateur