Image default
Economie

Olivier Véran confirme la réouverture des discothèques «en juillet»


«Nous travaillons sur un protocole sanitaire, en vue d’ouvrir les discothèques cet été», a déclaré le ministre ce jeudi matin.

La date précise n’est toujours pas connue, mais l’horizon se dégage progressivement pour les gérants de boîte de nuit. Interrogé sur BFMTV ce jeudi matin, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a confirmé que les discothèques devraient rouvrir en juillet, d’ici quelques semaines, donc.

«Nous travaillons sur un protocole sanitaire, en vue d’ouvrir les discothèques cet été», a déclaré le ministre. Les établissements pourront rouvrir, mais avec des conditions particulières, encore en discussion avec les professionnels. Un pass sanitaire est notamment discuté, même pour un rassemblement de moins de 1000 personnes, mais «en juillet […] les discothèques sont amenées à rouvrir, avec des conditions spécifiques». Sans leur réouverture, les jeunes risquent de faire la fête dans des conditions sanitaires détériorées, moins encadrées, a plaidé le ministre.

Débat autour du protocole sanitaire

La date précise de la réouverture reste l’apanage d’Emmanuel Macron : le président de la République a invité le secteur à le rencontrer le 21 juin. Les professionnels espèrent alors connaître enfin le moment où ils pourront lever le rideau, après plus d’un an de fermeture forcée.

À VOIR AUSSI – Macron donne rendez-vous aux discothèques le 21 juin

La semaine dernière, deux syndicats représentatifs du secteur – l’Umih et le GNI – ont présenté le projet de protocole sanitaire en discussion avec le gouvernement, et dont les grandes lignes ont été validées. Les organisations tablaient sur une reprise dès le 30 juin. Le projet de protocole comprend notamment des jauges, une aération renforcée des établissements, un passe sanitaire ou, à défaut, la présentation du résultat d’un test à l’entrée, voire la réalisation d’un autotest devant les portes, sous les yeux du personnel. Les règles sanitaires devraient aussi être rappelées constamment, y compris par le DJ, qui doit les mentionner «au micro» lors de la soirée.

Certains points restent cependant en discussion, précisaient les organisations : le port du masque sur la piste de danse n’est pas encore déterminé, de même que le pass sanitaire. Cette piste paraît cependant inévitable, selon les professionnels, l’exécutif y tenant. En outre, le secteur souhaite que les aides soient maintenues, y compris pour les établissements rouvrant dans des conditions dégradées, et ce afin d’éviter des faillites en cascade. Sur les 1600 établissements qui émaillent l’Hexagone, 200 ont d’ores et déjà déposé le bilan, soulignait le GNI.

Reste que ces conditions de réouverture font l’objet d’un âpre débat au sein même du secteur. Certains considèrent ce protocole bien trop restrictif, et ne prenant pas en compte les réalités du déroulement d’une soirée en boîte de nuit. «Certains acteurs syndicaux porteront la responsabilité de ce qui découlera d’une ouverture en mode dégradé et très contraint, ce qui sera manifestement le cas puisque ce sont ces acteurs syndicaux qui l’ont proposée dans leurs travaux “à huis clos” avec le gouvernement sur le pass sanitaire», fustige dans un billet le patron du Syndicat national des discothèques et lieux de loisir (SNDLL), Patrick Malvaës.


À VOIR AUSSI – «Je suis en train de dilapider mon capital retraite» : à bout, les patrons des bars et discothèques s’étranglent (25/11/2020)



Source link

Autres articles

la justice ordonne le déblocage de l’usine occupée par des grévistes

administrateur

Un ancien couvent transformé en pôle culturel à Deauville

administrateur

les entreprises vont demander de la souplesse à leurs salariés

administrateur

Primes aberrantes, rigidité… La gestion RH de la RATP critiquée par la Cour des comptes

administrateur

Palmarès 2021 des villes où trouver sa maison en Île-de-France: notre méthodologie

administrateur

Le G7 va donner un milliard de doses de vaccin aux pays pauvres

administrateur