Image default
Finance

Parité : la gestion d’actifs loin du compte



Publié le 16 sept. 2020 à 9:37

Les années passent mais la parité reste un objectif lointain pour l’industrie de la gestion d’actifs. Seulement 11 % des gérants de portefeuille sont des gérantes dans le monde. Une proportion qui n’a pratiquement pas augmenté depuis cinq ans, selon l’étude Alpha Female de Citywire. Lors de sa première édition, en 2016, la proportion de femmes s’élevait à 10,3 %. A ce rythme, la parité sera atteinte en 2215. Mais la France fait partie des marchés les plus avancés, avec 18 % de gérantes, derrière l’Italie, l’Espagne et Hong-Kong.

La prépondérance d’équipes de gestion entièrement composées d’hommes (plus de 80 % des fonds) est de plus en plus régulièrement critiquée par les investisseurs. Une précédente étude d’Alpha Female « a démontré que les équipes mixtes produisaient de meilleurs résultats sur le long terme, avec un profil de risque plus faible, que des équipes entièrement masculines », soulignent les auteurs du rapport. Plus récemment, la sur-performance des gérantes actions américaines cette année a été mise en avant par une étude de Goldman Sachs.

Les sélectionneurs de fonds pour les filiales de gestion de fortune des grandes banques privées sont désormais plus attentifs à la diversité des équipes de gestion. « De nombreuses études montrent de meilleurs rendements ajustés du risque pour les équipes qui intègrent plus de femmes dans les décisions d’investissements », souligne Eliza Pepper, en charge du conseil en investissement chez UBS en Amérique latine, citée dans le rapport. La banque suisse interroge depuis peu ses gérants sur leur politique en matière de diversité.

Popularité déclinante des « gérants stars »

Les sociétés de gestion les plus petites sont également les plus avancées vers la parité. En France, OFI AM compte ainsi 35 % de gérantes dans ses équipes. Chez le spécialiste de l’investissement responsable Sycomore, la proportion s’élève à 30 %. Parmi les grands groupes de gestion d’actifs, le record est détenu par HSBC GAM, avec 21 % de gérantes. BNP Paribas AM s’inscrit au cinquième rang mondial des géants de la gestion, avec 17 % de gérantes dans ses équipes.

Un autre enseignement de l’étude porte sur popularité déclinante des « gérants stars » . La proportion de fonds gérés par une équipe, et non une seule personne, est passée de 36 % à 46 % en cinq ans. « Beaucoup de sociétés de gestion ont été mises en difficulté après s’être reposées sur un ‘gérant star’», explique Nisha Long, en charge de la recherche chez Citywire. « Quand ils partent, les encours partent avec eux. Et si une controverse les touche, c’est le fonds qui souffre », ajoute-t-elle. Un risque très actuel : Natixis est confrontée depuis plusieurs mois aux difficultés de sa filiale de gestion H2O, incarnée par son fondateur Bruno Crastes.



Source link

Autres articles

L’ancien PDG de Wirecard avait emprunté 35 millions d’euros à une filiale de son groupe

administrateur

La Banque de France va reverser 6,1 milliards d’euros à l’Etat

administrateur

Chine : 100 milliards d’euros d’impayés sur les plateformes de crédit entre particuliers

administrateur

Les assureurs santé digèrent mal d’être à nouveau taxés

administrateur

L’AFER se prépare à la vente de son partenaire Aviva France

administrateur

Désastreuse en France, la récolte de blé s’annonce record en Russie

administrateur