Image default
Economie

Pas de tour de vis fiscal pour rétablir les comptes. Pour l’instant…


DÉCRYPTAGE – Le gouvernement essaye tant bien que mal de préserver l’unité nationale, immédiatement mise à mal par tout débat fiscal.

«Quand on met plus d’impôts sur le dos des entreprises, plus d’impôts sur le dos des salariés, on décourage l’activité économique. Ce n’est pas le choix que nous faisons», a déclaré Gérald Darmanin, le 15 avril.
«Quand on met plus d’impôts sur le dos des entreprises, plus d’impôts sur le dos des salariés, on décourage l’activité économique. Ce n’est pas le choix que nous faisons», a déclaré Gérald Darmanin, le 15 avril. LUDOVIC MARIN/AFP

Les membres du gouvernement le répètent à l’unisson: la sortie de crise ne passera pas par des hausses d’impôts. Fatigués par des semaines de confinement, inquiets pour leur santé, pessimistes sur la capacité de l’exécutif à sortir de cette crise, les Français semblent, il est vrai, peu enclins à supporter un nouveau tour de vis fiscal.

Rétablir les comptes publics en augmentant les prélèvements ne serait pas non plus judicieux économiquement, comme le début du quinquennat de François Hollande l’a démontré. La hausse de la fiscalité avait freiné la croissance économique.

Préserver l’unité nationale

«Attention aux fausses bonnes solutions qui, par le passé, ont contribué à creuser le chômage et à casser la confiance», a ainsi plaidé Gérald Darmanin, en réponse à la demande la gauche de rétablir l’ISF. «Ce ne sont pas les impôts qui financeront les dépenses actuelles mais la croissance», assure de son côté Bruno Le Maire. À défaut d’être techniquement crédible, la phrase démontre une volonté politique claire. Il s’agit

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 57% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment



Source link

Autres articles

Le troisième budget de crise sera définitivement adopté ce jeudi

administrateur

Et si vous louiez votre maison à des amis pour les vacances?

administrateur

La presse d’information demande à l’État un plan d’urgence

administrateur

Des Berlinois réclament un référendum contre la spéculation immobilière

administrateur

Ils ont pu obtenir un crédit immobilier, bien que payés au smic

administrateur

Colère et déception chez les petits commerçants forcés de rester fermés

administrateur