Image default
Economie

Pâtes, papier toilettes, jouets…Ces produits sur lesquels se ruent les Français à la veille du reconfinement


La course contre la montre est lancée. L’annonce d’un reconfinement en France à partir de ce jeudi, minuit, jusqu’au premier décembre entraîne de facto la fermeture de tous les commerces «non essentiels». Outre les équipements de bureautique dont les ventes repartent naturellement à la hausse, les Français se précipitent sur toutes sortes de produits . À ce «rush» de pré-confinement, se superpose une peur de manquer – déjà éprouvée lors de l’annonce du premier confinement – notamment en ce qui concerne les produits de première nécessité.

Riz, pâtes, papier toilette…

Certains rayons de supermarchés ont été pris d’assaut à la veille du confinement. Sans surprise les articles les plus vendus ce jeudi en magasins sont le riz, les pâtes, des produits ménagers, l’épicerie salée et sucrée – notamment des gâteaux pour le goûter des enfants – et bien sûr, le papier toilette, constate un grand distributeur. Une demande cette fois anticipée avec des commandes plus importantes. La veille, déjà, de nombreux clients se sont précipités en grandes surfaces. Dans plusieurs hypermarchés, les rayons de pâtes, de farine ou encore de papiers toilettes étaient vides.

Moins courus que les étals de conserves et de papier toilette, les commerces spécialisés ont eux aussi été plébiscités par les consommateurs. «Nous avons eu plus de monde que d’habitude alors que nous resterons ouverts pendant le confinement », indique le gérant d’un magasin spécialisé dans le vin du 8e arrondissement de Paris.

Un peu plus loin, place de la Madeleine, le «Fauchon Thé et Infusion» n’a pas la même chance. La boutique spécialisée devra fermer ses portes dès ce soir, ce qui n’a pas échappé aux clients. «J’ai été débordée. J’ai réalisé, en trois heures, le chiffre d’affaires d’une journée entière», confie la gérante qui a choisi d’étendre exceptionnellement ses horaires d’ouverture pour maximiser son chiffre d’affaires.

Ameublement et électroménager

Dans le magasin Ikea de la Madeleine, à Paris, les allées ne désemplissent pas. «Ce matin à l’ouverture il y avait une queue de 150 mètres» détaille au Figaro un employé du magasin. Si cette affluence s’est tassée au cours de la matinée, le nombre de clients restait cependant supérieur à la moyenne à la mi-journée. «C’est l’équivalent d’un gros week-end» explique un responsable de caisses. La «jauge Covid» – protocole qui limite le nombre de personnes à l’intérieur du magasin – n’a en revanche pas été atteinte.

Parmi les ventes, aucun produit ne s’est détaché à l’exception de «ceux de la collection “Hiver” (décoration, vaisselles de fêtes…)», précise le salarié. «Le premier confinement accéléré les ventes d’articles dédiés à la cuisine et à la chambre. La maison a été une valeur refuge. Il est en revanche encore trop tôt pour tirer un bilan de cette journée», précise un porte-parole d’Ikea au Figaro. Du côté des clients, les mesures sanitaires ont bel et bien eu un effet sur leur présence ce jeudi dans le magasin d’ameublement. «On voulait venir ce week-end pour acheter une cuisine mais avec le confinement nous avons anticipé notre venue» confie un couple.

Une file de clients devant les caisses d’un magasin Leroy Merlin, à Paris, le 29 octobre. Côme Dubois

Chez Leroy Merlin et Darty, le constat est le même : une fréquentation plus importante que la moyenne qui rappelle celle observée certains week-ends mais «aucun produit ne sort du lot». «Il est trop tôt pour tirer une tendance sur la journée, avance un porte-parole de Conforama. Nous constatons toutefois que les produits de bureaux, les imprimantes les congélateurs et sèche-linge sont en top de nos ventes en ligne depuis mercredi».

Equipements sportifs

Chez Décathlon, l’affluence est importante pour un jour de semaine. Les rayons «Fitness» et «Cycles» du magasin, sont particulièrement fréquentés, remarque un vendeur. «Nous constatons en effet des pics de vente similaires au premier confinement sur les mêmes produits permettant la pratique du sport à domicile : haltère, tapis, élastique, coussin de yoga etc.», confirme le groupe auprès du Figaro.

Les caisses dédiées aux échanges du magasin Uniqlo du quartier de l’Opéra, à Paris, étaient noires de monde, jeudi 29 octobre. Côme Dubois

Habillement

Constat similaire dans le magasin Uniqlo Opéra, à Paris. «Il y a plus de monde que d’habitude. Beaucoup de clients viennent faire des échanges parce qu’ils ne pourront pas le faire pendant un mois», observe une vendeuse. Une cliente de la boutique Nike de Plaisir (Yvelines), a justement profité de ce sursis avant le confinement pour se faire rembourser une commande. «Les clients avaient d’énormes sacs remplis de joggings, baskets et t-shirt», a-t-elle constaté.

Jouets et loisirs

Les Français semblent également avoir profité de cette dernière journée non isolée pour anticiper les fêtes de fin d’année. «À la mi-journée nous n’avions plus rien en rayon. Les clients sont venus faire des achats préventifs pour les anniversaires, Noël et les soirées en famille», raconte la directrice du magasin Joué Club dans le 2ème arrondissement.

Le magasin JouéClub du boulevard Haussmann, à Paris, a été pris d’assaut ce jeudi 29 octobre, veille de confinement. Côme Dubois

À Clichy, la librairie de Paris, était bondée dès l’ouverture. «À 10h30, il y avait déjà une queue d’une dizaine de personnes à l’entrée. Tout le monde avait au moins 4/5 livres sous le bras», confie une cliente. «Habituellement, je vais à la librairie pour acheter un seul ouvrage. Je dois reconnaître que j’ai été victime de l’effet ”fin du monde”. J’ai fait des ”réserves” par peur de manquer», confesse la jeune femme.



Source link

Autres articles

les réservations pour février en chute libre

administrateur

un parcours du combattant pour les personnes en situation de handicap

administrateur

Le coronavirus donne le coup de grâce à l’A380

administrateur

Ryan Kaji, 9 ans, en tête du classement des YouTubeurs les mieux rémunérés de l’année 2020

administrateur

les Français doivent-ils craindre des pénuries alimentaires ?

administrateur

Le lobbying souterrain des hôpitaux publics pour garder leurs médecins

administrateur