Image default
Economie

Pour Noël, une majorité de Français veut renouer avec les petits commerces


INFO LE FIGARO – La crise sanitaire a renforcé la volonté des consommateurs de favoriser les petits commerces face à la grande distribution, selon un sondage Opinion Way pour Rosapark.

Entre fermeture forcée pendant le confinement et baisse de fréquentation liée à l’isolement des Français, de nombreux petits commerces ont souffert de la crise sanitaire. Des difficultés qui semblent avoir alimenté l’empathie d’une majorité d’entre eux, selon un sondage Opinion Way* commandé par l’agence de communication Rosapark. Ainsi 59% des personnes interrogées ont l’intention de changer leurs habitudes de consommation à Noël en privilégiant les commerces de proximité plutôt que la grande distribution, et ce, même si les prix sont plus élevés.

Pour Jean-Patrick Chiquiar, cofondateur de Rosapark, ces chiffres traduisent «une prise de conscience des Français». «Leur carte bleue est devenue un réel instrument politique qui leur permet d’agir directement sur l’économie de leur pays», interprète-t-il. En effet, pour 62% des personnes interrogées, favoriser les commerces de quartier face à̀ la grande distribution permet de soutenir l’économie locale.

Une tendance déjà observée bien avant le confinement, rappelle Jean-Patrick Chiquiar. «Après une désaffection des enseignes de quartier pour la grande distribution, de nombreux commerces ont réinvesti les centres-villes ces cinq dernières années», explique-t-il. «La crise sanitaire a accéléré ce mode de consommation. On note, en outre, que toutes les classes sociales sont concernées, même si le produit est plus cher», souligne-t-il. En effet, d’après l’étude, l’envie de privilégier les petits commerçants durant la période de fêtes de fin d’année est la même pour les CSP + (59%), les CSP – (58%) et les inactifs (59%).

«L’envie de se faire plaisir»

Cette accélération s’explique notamment par la confiance des Français en la qualité des produits distribués dans les petits commerces par rapport à ceux vendus en grande surface. Pour 36% d’entre eux, les petits distributeurs offrent des produits de meilleure qualité et plus variés qu’en supermarché. «Dans ce contexte où le futur est incertain, les Français ont plus que jamais envie de croire au présent et de se faire plaisir», analyse Jean-Patrick Chiquiar.

Le confinement a également renforcé le besoin de contact humain, face à l’anonymat de la grande distribution et du e-commerce. Pour 47% des personnes interrogées, favoriser les boutiques de centre-ville permet de bénéficier d’un contact direct et humain avec le commerçant. Avantage tout particulièrement souligné par les seniors (58% pour les plus de 65 ans).

Derrière cette inclination pour l’économie locale, il y a également une volonté de prendre des distances avec les géants de la distribution et du e-commerce, souvent pointés du doigt comme les grands gagnants de cette crise. En effet, pour 65% des Français, ces acteurs n’en ont pas suffisamment fait pendant la période de confinement pour aider les petits commerçants.

*Étude réalisée à partir d’un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans ou plus. Les interviews ont été réalisées les 25 et 26 novembre 2020.



Source link

Autres articles

Les masques chirurgicaux français peinent à résister au rouleau compresseur chinois

administrateur

La Banque de France anticipe un recul d’environ 15% du PIB au deuxième trimestre

administrateur

il réclame près de 90.000 euros à Airbnb

administrateur

Stéphane Plaza et Mickaël Nogal, un duo inédit au chevet de l’immobilier

administrateur

à Paris, les commerçants pourront étendre leurs étalages sur le trottoir

administrateur

Ansamb, l’application StopCovid pour l’île de la Réunion

administrateur