Image default
Economie

Pour rassurer la culture, Roselyne Bachelot fait du neuf avec du vieux


À défaut d’annoncer la réouverture des lieux culturels, la ministre annonce que Netflix va payer 150 à 200 millions pour la culture. C’est vrai mais c’est connu de longue date.

Ce matin sur France Inter, Roselyne Bachelot ministre de la culture faisait face à la colère des artistes, furieux que les salles de spectacles soient fermées quand la foule des consommateurs se bouscule dans les grands magasins restés ouverts.

Pour apporter un peu de baume au cœur des comédiens de théâtre ou de cinéma, des détenteurs de salles de spectacle qui ne savent toujours pas quand ils pourront rouvrir, la ministre a sorti de sa manche de l’argent, beaucoup d’argent.

Un milliard d’aides

Roselyne Bachelot a expliqué que la fermeture administrative des lieux de culture a coûté environ 1 milliard d’euros au secteur mais que le gouvernement avait fait plus que de compenser car il avait apporté 1,1 milliard d’euros de soutien dont 535 millions en Prêts Garantis par l’État et plus de 400 millions en aides directes et indirectes pour le cinéma et l’audiovisuel.

Bien consciente que les professionnels de la culture ne demandent pas d’argent mais la possibilité de travailler, la ministre a sorti son arme ultime : faire payer les Gafa ! Ca marche toujours pour détourner l’attention.

«Netflix devrait payer entre 150 et 200 millions d’euros pour soutenir la culture» a-t-elle déclaré au micro de France Inter. C’est vrai. Mais, tout d’abord c’est un chiffre qui circulait déjà sous le ministère de son prédécesseur Franck Riester et ensuite, la signature du décret SMAD (services de médias audiovisuels à la demande) a pris beaucoup de retard.

Deuxième trimestre 2021

Initialement, le décret devait être signé avant la fin de l’année 2020. Aujourd’hui Roselyne Bachelot a déclaré que son ministère avait transmis au CSA le projet de décret SMAD qui intègre les plateformes de vidéo à la demande dans le système de financement de la culture. Ce décret doit passer par le CSA, puis par le Conseil d’État et enfin par la commission européenne. Il ne devrait être définitivement signé qu’au début du deuxième trimestre 2021.

200 millions pour Netflix

Ce décret imposera aux Netflix, Amazon, Apple, Disney + de consacrer entre 20 % et 25 % de leurs chiffres d’affaires en France à la production cinématographique (au minimum 20% des obligations) et audiovisuelle (80% des obligations).

Netflix qui a passé le cap des 9 millions d’abonnés français en octobre 2020, devrait réaliser un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros dans notre pays. Mais l’assiette pour le calcul de ses obligations devrait être plutôt de 1 milliard. Ses obligations devraient donc s’élever à près de 200 millions d’euros (soit 20% d’un milliard). Mais elles ne courront qu’à partir de la signature du décret donc, vers avril. La somme due pour 2021 sera donc inférieure.

Netflix étant majoritairement une plateforme pour les séries, il investira environ 160 millions sur l’audiovisuel et seulement 40 millions sur le cinéma. C’est moins que France Télévisions (environ 60 millions), moins que le groupe TF1 (environ 45 millions) et moins que le groupe M6 (environ 35 millions).



Source link

Autres articles

l’UE lance la procédure de signature de l’accord avec Londres

administrateur

Allongement du congé paternité à partir juillet 2021, mode d’emploi

administrateur

Des sites industriels «clé en main» pour attirer les investisseurs

administrateur

l’UE publie le contrat avec AstraZeneca, amputé de certaines parties

administrateur

Plus de 2 millions de rendez-vous pris pour la vaccination sur Doctolib

administrateur

Une attestation nécessaire pour prendre les transports en commun en Île-de-France à partir de lundi

administrateur