Image default
Economie

Pour Thierry Breton, «l’Europe a gagné la guerre des vaccins»


Le commissaire européen chargé de la politique industrielle annonce que tous les Européens qui le voudront seront vaccinés d’ici la fin de l’été.

Dans la grande course au vaccin lancée il y a près d’un an maintenant, l’Europe est-elle en pôle position? C’est en tout cas la conviction de Thierry Breton, le commissaire européen chargé de la politique industrielle qui s’exprimait sur BFMTV ce lundi matin. Selon lui, l’Union Européenne, qui a trouvé des accords avec six laboratoires pour ses livraisons de vaccins, a «gagné la guerre» de la vaccination au niveau international. Il assure que tous les Européens qui le veulent pourront être vaccinés avant la fin de l’été, et travaille à la mise en place d’un dispositif, qui inclue un certificat de vaccination, pour permettre aux Européens de voyager à nouveau.

«Une usine à vaccins, c’est ce qu’il y a de plus compliqué!» a d’emblée précisé Thierry Breton, en rappelant que les mesures d’hygiène devaient y être «drastiques», et la qualité parfaite. «D’ordinaire il faut cinq ans pour produire un nouveau vaccin, s’est-il félicité. Là, on aura réussi à le faire en dix mois.» Selon lui, «l’objectif de vacciner d’ici la fin de l’été tous ceux qui voudront l’être en Europe» pourra être atteint sans ouvrir de nouvelles usines. «Pour ouvrir une usine, il faut cinq ans, donc nous utiliserons la dizaine qui existe déjà», a-t-il expliqué, avant d’ajouter que l’Europe avait «un plan pour être le premier continent en matière de production vaccinale sur 18 mois», plan qui sera détaillé ce mercredi en Commission Européenne.

À VOIR AUSSI – Vaccins: «On a gagné la guerre scientifique, maintenant on rentre dans la phase industrielle», analyse Thierry Breton

Un certificat vaccinal pour prendre l’avion

Interrogé sur l’intérêt pour l’Europe de commander des doses du vaccin russe, Spoutnik V, Thierry Breton s’est montré circonspect. «C’est un vaccin deux fois plus compliqué à produire (que les autres), a-t-il dit. Et au fond, on a déjà largement suffisamment de vaccins.» Thierry Breton a également apporté son soutien au «certificat vaccinal» pour prendre l’avion, un dispositif déjà à l’étude chez certaines compagnies aériennes selon lui. «Pour entrer dans un avion, on pourrait demander au voyageur de présenter un certificat qui montre qu’il est immunisé, ou lui faire faire un test rapide (antigénique ou salivaire)», a-t-il expliqué.

Enfin, au sujet de la «dette covid», Thierry Breton a rappelé que par définition, celle-ci ne pouvait pas être «perpétuelle» et qu’il faudrait la rembourser, mais avec des échéances très longues, autour d’une trentaine d’années. Il a précisé que de nouvelles ressources permettront d’en financer les remboursements, notamment les taxes sur le numérique dont «une partie importante sera mobilisée» pour la dette covid. Il en sera de même pour la «taxe carbone aux frontières», qui permettra d’imposer les produits importés qui ne respectent pas les normes européennes.



Source link

Autres articles

La CGT s’inspire de la série 10% pour exiger… 10% de hausse de salaire pour la fonction publique

administrateur

Le Sénat va auditionner Roch-Olivier Maistre et Delphine Ernotte

administrateur

American Airlines ouvre les portes du Boeing 737 MAX pour dissiper les peurs

administrateur

En colère, les restaurateurs devront encore attendre deux mois

administrateur

un quart des entrepreneurs a peur de tout perdre

administrateur

La CGT affiche des ambitions modestes pour sa journée de mobilisation jeudi

administrateur