Image default
Economie

Prudents mais confiants, les cadres croient en une reprise de l’activité dans leur entreprise


La crise fait des dégâts, mais les cadres ont bon espoir de les surmonter. C’est ce que révèle le dernier baromètre* Ifop/Cadremploi**. En effet, concernant leur situation professionnelle, près de trois quarts des cadres (74%) sont optimistes en cette rentrée 2020. Un chiffre qui dépasse d’un point celui de 2019 et qui s’explique par la forte confiance qu’ils accordent à leur entreprise.

En effet, ils sont 79% à penser que leur entreprise va surmonter la crise et 23% à être «très confiants». Seules 3% des personnes interrogées font part d’un profond pessimisme quant à la capacité de leur entreprise à se relever. «Assez paradoxalement par rapport à la situation, les cadres sont plutôt optimistes, analyse Élodie Franco Da Cruz, responsable des études pour Cadremploi. C’est toujours dans l’ADN du cadre d’être confiant, mobile et attentif à son marché», ajoute-t-elle.

Mais cette confiance varie beaucoup selon l’âge des cadres. Aujourd’hui, 70% des plus de 50 ans interrogés déclarent vouloir rester dans leur entreprise (contre 52% l’année dernière), quand seulement 43% des moins de 34 ans le souhaitent (52% l’année dernière). «Les profils de plus de 50 ans se disent qu’ils auront plus de mal à trouver un autre emploi», reprend la responsable des études. «Traditionnellement, les plus jeunes sont toujours plus ouverts aux mobilités», ajoute-t-elle. Elle prend en exemple une personne de moins de 35 ans, célibataire et sans enfant, qui «prend moins de risques en démissionnant» qu’une personne plus âgée et dans la même entreprise depuis plusieurs années.

Inquiétude concernant le contexte général

En outre, révèle le baromètre, le confinement a bouleversé la vision professionnelle d’un grand nombre de cadres. D’ailleurs, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est devenu le premier critère en matière de recherche d’emploi, déterminant pour 71% des cadres interrogés. Ce critère se classe désormais devant la localisation géographique de l’entreprise et même devant le niveau de rémunération, déterminant dans 62% des cas.

«Le confinement a surtout laissé des traces psychologiques, il a induit une forte remise en question», décrypte Élodie Franco Da Cruz. Elle évoque une «vraie remise en question aussi sur leur rapport à l’entreprise qui pousse à faire en sorte de privilégier l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.» La responsable des études s’attendait à voir diminuer encore plus l’importance du lieu de travail dans la recherche d’emploi, face à l’importante croissance du télétravail en entreprise.

Avec le confinement, autonomie et confiance ont également pris beaucoup d’importance en quelques mois. En effet, face à ce développement du télétravail, les cadres attendent de leur manager qu’il leur fasse davantage confiance, qu’il soit doté d’une bonne capacité de décision et qu’il soit plus encore à l’écoute. Ces trois éléments définissent globalement le manager idéal, selon les réponses des personnes interrogées.

En revanche, les cadres se montrent nettement plus pessimistes sur d’autres points, en dehors de leur entreprise. Interrogés sur le contexte économique et social, ils ne sont que 21% à fait part de leur optimisme. 22% sont optimistes quant au marché de l’emploi en général, contre 53% pour le marché de l’emploi des cadres. «Les cadres ont toujours tendance à être plus confiants pour eux-mêmes, analyse encore Élodie Franco Da Cruz. Là ils sont confiants pour leur emploi, leur entreprise, mais plus on est sur des sphères éloignées, moins ils sont confiants.»

*Enquête menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population cadre du secteur privé. Les interviews ont été réalisées en ligne du 2 au 8 juillet 2020. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de secteur d’activité et de région.

**Cadremploi appartient au groupe Figaro.



Source link

Autres articles

«La survie d’Airbus est en jeu», selon son président

administrateur

les prix grimpent toujours mais les ventes se tassent

administrateur

guerre des mots entre EDF et Total

administrateur

Uber France veut sortir du diesel et vise 50% de véhicules électriques en 2025

administrateur

Amazon prolonge la suspension de ses activités en France jusqu’au 5 mai

administrateur

indignation unanime de l’exécutif et des politiques

administrateur