Image default
Finance

Quand les Argentins utilisent le bitcoin pour sauver leur épargne



Publié le 29 juil. 2020 à 12h46Mis à jour le 29 juil. 2020 à 14h22

« Décentraliser » proclame le séminaire sur les cryptomonnaies, coorganisé par l’ONG Bitcoin Argentina. Entièrement virtuel, en raison du confinement qui dure depuis plus de quatre mois dans Buenos Aires et sa région, le cycle de conférences qui se déroule ce jeudi et vendredi révèle la rapide progression des monnaies cryptées en Argentine. Aucun décompte officiel ne permet de cerner la masse précise de pesos échangés par les épargnants et les entreprises, mais certaines plateformes claironnent leurs courbes en nette ascension. Selon des chiffres compilés par la société d’Arcane Research, le volume de local bitcoins en pesos argentins a augmenté de 1.028 % entre janvier 2018 et avril 2020.

Craintes de dévaluation du peso

« Les Argentins cherchent à protéger leur argent », observe Federico Andragnes, collaborateur de l’organisation Bitcoin Argentina. Car si l’intérêt pour les cryptoactifs est mondial, celui-ci s’enracine dans un contexte particulièrement propice en Argentine. L’incertitude entourant une économie mise à terre par la pandémie et un confinement sans fin, mais aussi l’impasse des négociations sur la restructuration de la dette font craindre, à terme, une brutale dévaluation du peso. Si l’inflation, galopante ces dernières années, a été relativement contenue au premier semestre avec une hausse de 13,6 %, les observateurs redoutent une escalade soudaine des prix les prochains mois, compte tenu du rythme d’émission monétaire.

« Les expectatives autour de l’inflation incitent à dollariser les portefeuilles d’investissement. Mais les restrictions à l’achat de devises étrangères donnent un élan aux cryptomonnaies », remarque Ignacio Carballo, économiste et directeur de l’écosystème des programmes fintech à l’Université Catholique Argentine. Rompus à l’exercice de l’échange de devises, les Argentins en mesure d’épargner gardent les yeux rivés sur le cours du peso afin d’acheter des dollars, traditionnelle valeur refuge. Depuis octobre 2019, les particuliers sont limités à l’achat de 200 dollars mensuels. En revanche, l’acquisition de cryptomonnaies n’est soumise à aucun plafond. Et celles-ci peuvent ensuite sans difficulté être converties en dollars.

Pas de réelle restriction

Imparable pirouette ? La plateforme Buenbit a annoncé suspendre ses opérations en dollars en Argentine afin d’éviter les montages de change. « Cela n’est lié à aucune norme, ni recommandation de la part de la Banque centrale », précise l’institution. Selon l’avocate spécialisée Lucila Spedaletti, « il s’agit plutôt d’un excès de zèle de la part de cette plateforme ». Celle qui conseille de plus en plus de particuliers séduits par les cryptomonnaies insiste : « il existe un vide juridique. Depuis le mois de mai, les entreprises doivent demander une autorisation pour changer leurs cryptomonnaies en dollars mais pour les particuliers il n’existe pas de réelle restriction. »

La Banque Centrale a cependant rappelé à l’ordre les banques au mois de juillet, afin qu’elles réclament des justifications aux comptes présentant des « mouvements inhabituels ». Les transactions peuvent notamment provenir de plateformes cryptées. « L’Etat va continuer à contrôler l’achat de devises étrangères car il souhaite empêcher la dévaluation du peso », anticipe Ignacio Carballo. Il souligne le potentiel d’expansion important des cryptoactifs en Argentine. « Le citoyen lambda a culturellement une grande facilité à jongler avec ces concepts. »



Source link

Autres articles

Covid-19: en deux mois, l’endettement des entreprises a bondi de 90 milliards d’euros

administrateur

Euronext se renforce en Europe du Nord

administrateur

Paiements : WhatsApp interpellée par la Banque centrale du Brésil

administrateur

Le CAC 40 passe la barre des 5.000 points

administrateur

Pourquoi le pétrole retrouve de la vigueur

administrateur

Scope Ratings épinglé par le gendarme européen des marchés

administrateur