Image default
Finance

Robinhood compte lever plus de 2 milliards de dollars pour son introduction en Bourse



Publié le 19 juil. 2021 à 16:18

L’arrivée de Robinhood à Wall Street se précise. L’application de courtage préférée des jeunes boursicoteurs américains compte lever jusqu’à 2,3 milliards de dollars auprès des investisseurs à l’occasion de son introduction en Bourse, ce qui en ferait la cinquième plus importante IPO de l’année outre-Atlantique.

Le courtier a détaillé lundi la fourchette de prix à laquelle il comptait proposer 55 millions de ses actions lors de cette opération, à savoir entre 38 et 42 dollars. Le haut de cette fourchette le valoriserait 35 milliards de dollars.

Frénésie spéculative

La jeune pousse fondée en 2013 s’est donnée comme mission de « démocratiser la finance pour tous », en proposant à ses utilisateurs un outil facile d’accès et du trading « zéro commission ». Elle a joué un rôle de premier plan dans la frénésie spéculative des boursicoteurs américains au cours du premier semestre, durant l’épopée de GameStop ou encore l’envolée plus récente de la chaîne de cinémas AMC.

La popularité de Robinhood ne se dément pas depuis le début de la pandémie. Le courtier américain a attiré plusieurs millions de nouveaux utilisateurs ces derniers mois, portant le nombre de ses clients à environ 22,5 millions contre moins de 5 millions à la fin 2019.

Dans la ligne de mire des régulateurs

Robinhood compte bien s’appuyer sur cette base d’utilisateurs conséquente pour assurer le succès de son introduction en Bourse. La société a réservé entre 20 et 35 % des actions mises en vente à l’occasion de son IPO à ses propres utilisateurs, qui pourront participer à l’opération via son application.

Revers de la médaille, la croissance exponentielle du courtier a attiré l’attention des régulateurs et législateurs. Dans leur ligne de mire, la manière dont Robinhood encourage ses clients à spéculer sur les marchés financiers, via une interface reprenant les codes des jeux vidéo notamment.

Est également visée la pratique controversée du « payment for order flow », qui consiste pour Robinhood à revendre les flux d’ordres de ses clients à des teneurs de marché, la plupart du temps des traders à haute fréquence comme Citadel Markets .

La date de l’opération reste à déterminer

Alors que Robinhood a déjà été mis à l’amende par le gendarme américain des marchés financiers (SEC) sur ce sujet en décembre dernier, le régulateur pourrait bientôt davantage encadrer la pratique. Or, ces paiements ont représenté plus de 80 % des revenus du courtier en ligne au premier trimestre.

Robinhood peut désormais entamer ses « roadshows », c’est-à-dire la présentation de la société à des investisseurs institutionnels potentiels. L’opération sera menée par Goldman Sachs, Citigroup et JPMorgan. La date exacte de son entrée sur le Nasdaq reste quant à elle à déterminer.



Source link

Autres articles

Epargne solidaire : 2019, année record en France

administrateur

Dans la tourmente, la livre turque parvient à se stabiliser

administrateur

Comment les hedge funds ont spéculé sur l’alternance politique américaine

administrateur

Prêts participatifs: un dispositif jugé nécessaire mais insuffisant par les économistes

administrateur

La SEC renonce à sa proposition phare pour limiter le pouvoir les agences de conseil en vote

administrateur

Panique boursière en Chine : « Une piqûre de rappel pour les investisseurs étrangers »

administrateur