Image default
Economie

Ruée sur les logements neufs parisiens vendus à 5000€/m²


Cent fois plus de candidats que de logements à vendre! Pour la commercialisation de ses 23 premiers logements vendus à prix cassés, soit 5000 euros le m², la Ville de Paris a reçu pas moins de 2685 dossiers, comme le rapporte Le Parisien. Les appartements doivent être livrés en 2025 sur le site de l’ancien hôpital Saint-Vincent -de-Paul, dans le 14e arrondissement.

» LIRE AUSSI – Colère dans le 16e où cette maison doit être démolie pour créer 15 HLM

Même si, à ce tarif-là, la ruée n’est pas si surprenante, l’adjoint au Logement de la maire de Paris, Ian Brossat, se frotte les mains devant ce «très gros carton» comme il le confie au Parisien. Le site de la Foncière de la Ville de Paris, qui proposait ces logements à la vente, a été consulté plus de 80.000 fois ces dernières semaines.Un tel succès n’était pas une évidence, car la forme de vente proposée n’en est qu’à ses balbutiements en France. Elle s’appuie sur le Bail réel solidaire, un dispositif prévu dans la loi Alur et qui permet, pour un logement, de dissocier ce qui est bâti, les murs, du foncier, à savoir le terrain.

Concrètement, le propriétaire n’achète que les murs et il loue à petit prix et pour une très longue durée (généralement un bail emphytéotique de 99 ans) le terrain. Et comme dans les grandes villes les plus recherchées, c’est le prix du foncier qui augmente le plus vite ces dernières années, la plupart des métropoles françaises testent cette formule pour proposer des possibilités d’accession à la propriété à prix maîtrisé, sous condition de ressources. Le plafond, pour prétendre à de tels logements, dépend du nombre de personnes composant le foyer et va de 32.562 euros (1 personne) à 67.600 euros (5 personnes et plus).

Plus-value très encadrée

Dans le cas de Paris, les propriétaires de ces logements devront verser une redevance mensuelle de 2,5 euros par m² de logement, soit entre 118 et 223 euros mensuels pour cette première livraison. Par ailleurs, pour éviter que les bénéficiaires de ces logements à prix réduit ne puissent les revendre rapidement avec une grosse plus-value à la clé, le dispositif est strictement encadré. La revente doit se faire elle aussi sous condition de ressources et le prix n’est réévalué qu’au regard de l’évolution de l’indice du coût de la construction.

» LIRE AUSSI – Nantes lance ses premiers logements à prix cassés dont on loue le terrain

Si ce succès se confirme avec des acheteurs qui ne considèrent pas ce Bail réel solidaire comme une forme de sous propriété, les opérations de ce type ne devraient pas tarder à se multiplier. Ian Brossat en envisage pas moins de 1000 pour la mandature Hidalgo (2020-2026). À Paris, les candidatures anonymisées vont être examinées au cours de ce mois de mai avant la tenue d’une «commission de sélection» qui doit se tenir le juin avant la liste des 23 ménages retenus, à la mi-juin.

Selon les précisions transmises au Parisien, les candidatures sont issues à 90% de locataires qui souhaitent devenir propriétaires et donc 40% sont issus du parc social de la capitale. La formule a séduit en grande majorité des familles avec plusieurs enfant qui ont opté, à 70%, pour des trois-pièces et plus.



Source link

Autres articles

les entreprises adaptent leur protocole sanitaire

administrateur

Berger appelle de nouveau à mettre de côté la réforme des retraites

administrateur

Le patronat accepte une négociation sur le télétravail

administrateur

Menace d’insolvabilités en cascade après la faillite de Greensill

administrateur

L’exécutif prolonge l’encadrement des prix des gels et masques jusqu’en 2021

administrateur

Une chute abyssale du pétrole, une petite baisse des prix du gaz

administrateur