Image default
Economie

Si vous achetez un bien immobilier au Qatar, vous aurez droit à un visa


Le Qatar a décidé d’offrir aux acheteurs étrangers immobiliers un droit à un permis de séjour pendant toute la durée de propriété.

Un bien immobilier acheté, un visa offert. Le riche émirat du Qatar a ouvert son marché immobilier aux étrangers avec une réforme octroyant aux acquéreurs de résidences ou de fonds de commerce le droit à un permis de séjour. Auparavant, les investisseurs devaient être parrainés par une entreprise ou un particulier qatari pour pouvoir résider dans le pays.

Désormais, l’achat d’un bien immobilier d’au moins 200.000 dollars (environ 169.000 euros) donne droit à un permis de séjour pendant toute la durée de propriété. Un achat d’un million de dollars (environ 846.000 euros) fait accéder aux avantages d’une résidence permanente, notamment la gratuité des écoles et des soins de santé.

» LIRE AUSSI – Retraités: bientôt la fin de l’eldorado fiscal portugais?

Un investissement de 200.000 dollars permet d’acheter un studio de 50m² dans le quartier Fox Hills de Lusail, au nord de Doha, tandis qu’un million de dollars permet d’envisager l’acquisition d’un 330m² sur l’île artificielle Pearl. «Ces zones ont été choisies parce qu’elles disposent d’infrastructures nouvelles (…) ainsi que d’une vue sur la mer pour la plupart», explique Said Abdallah al-Souwaidi, fonctionnaire du ministère de la Justice. «Il n’y a pas de demande importante, mais nous essayons d’encourager les investissements dans l’immobilier», reconnaît-il, soulignant que l’objectif est surtout de «diversifier l’économie pour ne plus dépendre du pétrole et du gaz».

L’île artificielle Pearl, le secteur le plus luxueux de Doha. Crédits photo Sven Hansche/shutterstock

The Pearl, vu du ciel. Crédits photo bmszealand/shutterstock

Ambiance vénitienne au quartier Qanat. Crédits photo ven Hansche/shutterstock

» LIRE AUSSI – Chypre met fin aux «Golden Visas» accordés aux investisseurs immobiliers

Le programme marque un changement radical dans un pays où 90% des 2,75 millions des habitants sont des étrangers, des résidents temporaires employés pour la plupart sur des chantiers du Mondial 2022. «Avec le battage publicitaire autour de 2022, cela va naturellement créer plus de demandes», affirme Oliver Essex, de l’agence immobilière de Sotheby’s basée à Doha. Mais la demande initiale viendra essentiellement d’étrangers vivant déjà au Qatar, comme «les Libanais, les Iraniens, les Égyptiens et les Indiens», présage-t-il.

Vue du centre-ville de Doha. Crédits photo monticello/shutterstock

Des programmes similaires existent ailleurs dans le Golfe, mais pour un coût nettement plus élevé. Dubaï offre un visa de résidence de dix ans pour un investissement de 2,7 millions de dollars (environ 2,28 millions d’euros), dont 40% doivent être investis dans des biens immobiliers. Dans plusieurs pays, ces systèmes de «visas dorés» et de «passeports contre investissement» sont soupçonnés d’avoir attiré des individus accusés de corruption ou d’avoir permis de blanchir de l’argent.





Source link

Autres articles

Des start-up françaises portent plainte contre Apple auprès de la Cnil

administrateur

L’Allemagne met la pression sur l’UE pour interdire les séjours de ski

administrateur

Un nouveau plan de relance de 900 milliards de dollars en vue à Washington

administrateur

Le gouvernement voudrait doubler la durée du congé paternité

administrateur

Thales redresse la barre grâce à la défense

administrateur

Pas de tour de vis fiscal pour rétablir les comptes. Pour l’instant…

administrateur