Image default
Economie

Total renforce son plan d’économies face à la chute des bénéfices


Total va renforcer son plan d’économies après un bénéfice qui s’est effondré au premier trimestre avec la chute des cours du brut, le géant français des hydrocarbures promettant par ailleurs la «neutralité carbone» en 2050.

Son bénéfice net a chuté de 99% au premier trimestre à 34 millions de dollars, contre 3,1 milliards un an plus tôt, a indiqué le groupe mardi. Le bénéfice ajusté, qui exclut notamment les effets comptables liés à la valorisation des stocks, a pour sa part reculé de 35% à 1,78 milliard.

«Le groupe fait face à des circonstances tout à fait exceptionnelles: la crise sanitaire du Covid-19 qui affecte l’économie mondiale et crée des incertitudes majeures et la crise des marchés pétroliers avec un prix du pétrole en très forte chute depuis mars», a souligné le PDG, Patrick Pouyanné. Le prix moyen du baril de Brent de la mer du Nord était ainsi de 50,1 dollars au premier trimestre cette année, contre 63,1 un an plus tôt. Les cours se sont encore plus effondrés depuis: le baril vaut moins de 30 dollars actuellement.

Economies

Face à cette crise, le groupe a annoncé de nouveaux objectifs d’économies (avec au moins 1 milliard de dollars sur les coûts opératoires) et de réduction de ses investissements (inférieurs à 14 milliards de dollars en 2020 contre 18 prévus initialement). Ces mesures vont plus loin que celles qui avaient déjà été annoncées en mars. Le groupe anticipe désormais une production entre 2,95 et 3 millions de barils équivalent pétrole par jour (Mbep/j) cette année, soit une réduction d’au moins 5% par rapport aux prévisions initiales.

À la Bourse de Paris, les investisseurs saluaient cette publication: l’action Total prenait 5,56% à 32,1850 euros, dans un marché en progression de 2,30% mardi matin vers 10H00. Contrairement à son concurrent Shell, Total n’a pas abaissé son dividende mais propose aux actionnaires de le verser en actions, notent les analystes. «Total n’est pas immunisé contre les difficultés du secteur» mais «son bilan est plus solide que celui de la plupart de ses concurrents», a salué Biraj Borkhataria, analyste chez RBC Capital Markets.

«Neutralité carbone»

Pressé par des investisseurs et des défenseurs de l’environnement de faire plus pour le climat, Total a par ailleurs annoncé un nouvel objectif de «neutralité carbone à horizon 2050», suivant ainsi l’exemple de concurrents comme BP et Shell. Cette neutralité suppose un équilibre entre les émissions et les absorptions par des puits de carbone comme les forêts ou les systèmes de capture et de séquestration du CO2.

Dans le détail, Total vise la neutralité carbone pour ses propres opérations mondiales «en 2050 ou avant». L’objectif inclut aussi l’ensemble «des produits énergétiques de Total utilisés par ses clients» (comme l’essence brûlée dans les voitures) en Europe à cet horizon. Total veut aussi réduire de 60% ou plus l’intensité carbone moyenne (la quantité de gaz à effet de serre émise par unité d’énergie produite) des produits énergétiques utilisés dans le monde par ses clients d’ici 2050.

«Les marchés de l’énergie évoluent, tirés par le changement climatique, les technologies et les attentes de la société civile. Total s’engage à contribuer activement à relever le double défi consistant à fournir plus d’énergie avec moins d’émissions», a commenté Patrick Pouyanné. Ces annonces ont aussitôt été qualifiées de «demi-mesures» par l’ONG Reclaim Finance, qui demande l’adoption de «vrais engagements climatiques» lors de l’assemblée générale des actionnaires fin mai.



Source link

Autres articles

Bercy envisage d’accorder un QR Code à tous les commerces qui en feront la demande

administrateur

Taxer l’immobilier des plus aisés: l’idée fait son chemin

administrateur

ces entreprises qui seront obligées de faire faire respecter la neutralité religieuse

administrateur

Les moteurs de recherche alternatifs à Google dénoncent ses «entorses à la concurrence»

administrateur

Velib’ va devenir plus cher pour les villes et pour certains usagers

administrateur

L’État cible de nouvelles aides à la presse

administrateur