Image default
Economie

Un évêque américain poussé à la démission après que ses données de localisation ont été exploitées contre lui


Un média catholique s’est retrouvé en possession de données personnelles recueillies via l’application de rencontres gay Grindr.

Des données personnelles ont entraîné la démission d’un haut responsable de l’Église catholique américaine. Si cette affirmation paraît saugrenue, c’est pourtant ce qui est arrivé à Jeffrey Burrill, secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB). À la suite de la divulgation de ses données personnelles, il s’avérerait être un utilisateur fréquent de l’application de rencontres gay, Grindr. Or, en tant qu’évêque, il doit respecter le célibat sacerdotal, c’est-à-dire ne pas se marier ni avoir d’activité sexuelle.

Un média catholique à l’origine de l’affaire

Sa démission intervient après des allégations de «comportement inapproprié» portées à l’USCCB par une newsletter catholique, intitulée The Pillar . Le média indique que Jeffrey Burrill aurait visité des bars gays dans plusieurs villes entre 2018 et 2020, tout en utilisant l’application Grindr.

L’article explique comment The Pillar est arrivé à de telles conclusions. Le média a eu accès aux données de géolocalisation que collecte Grindr sur ses utilisateurs via leurs smartphones, et qui sont ensuite revendues à des data brokers, ou courtiers en données. On ignore comment The Pillar a obtenu ces informations : en les achetant auprès d’un data broker, ou bien en les obtenant de la part d’un tiers ?

Aux États-Unis, il n’est pas illégal d’acheter de tels fichiers. Aucune loi fédérale de protection des données personnelles, sur le modèle du RGPD européen, n’existe dans ce pays. Cette affaire soulève de brûlantes questions sur le respect de la vie privée et le rôle de mouchard que peut jouer un simple téléphone connecté à Internet.

Revente des données personnelles

Les données personnelles revendues aux data brokers sont anonymisées, puis compilées pour créer des profils marketing exploités par les annonceurs afin de cibler leurs campagnes publicitaires.

Grindr affirme avoir partagé une variété de données personnelles avec des partenaires publicitaires dans le passé, comme des identifiants d’appareil, des données de localisation, des informations de connexion ou encore l’âge et le sexe de l’utilisateur. Mais la société affirme qu’ils ont arrêté de fournir des informations sur l’emplacement, l’âge et le sexe des usagers dès avril 2020, suite à un changement de leurs conditions d’utilisation.

On ignore comment The Pillar a réussi à faire le lien entre les données anonymisées de Grindr et l’évêque Jeffrey Burrill. Des zones d’ombre persistent donc dans cette affaire. Pour le révérend James Martins, prêtre jésuite et défenseur de l’inclusion des LGBT+ dans l’Église catholique, les prêtres devraient «évidemment tenir leurs promesses de célibat», mais les journalistes catholiques, eux, «ne devraient pas utiliser des moyens immoraux pour les espionner», affirme-t-il auprès de l’agence AP.



Source link

Autres articles

Avant leur audition, les patrons des Gafa démentent tout abus de position dominante

administrateur

ils font pousser une «forêt nourricière» de 7 hectares

administrateur

L’autorité de la concurrence britannique suspend le rachat de Giphy par Facebook

administrateur

7 Français sur 10 ont peur de voir leurs commerces de proximité disparaître

administrateur

Les chauffeurs Uber devront prendre un selfie prouvant qu’ils portent un masque

administrateur

Ÿnsect met les bouches doubles sur le marché des insectes pour la nourriture humaine

administrateur