Image default
Finance

Un homme d’affaires allemand, lié au scandale Wirecard, aurait trouvé la mort aux Philippines



Nouveau rebondissement dans l’affaire Wirecard, qui pourrait bientôt virer au polar. Christopher Bauer, un proche partenaire de la fintech allemande, a été signalé mort auprès de l’état civil de Manille la semaine dernière, d’après le « Financial Times » . L’homme d’affaires allemand âgé de 44 ans et sa femme étaient les propriétaires de PayEasy Solutions, un processeur de paiement basé aux Philippines qui traite les transactions par carte de crédit.

Depuis un mois, Christopher Bauer est visé par une enquête des autorités locales sur l’effondrement de Wirecard. La société de paiement a été placée en liquidation après la révélation d’un trou de 1,9 milliard d’euros dans ses comptes : des fonds prétendument déposés sur des dépôts fiduciaires aux Philippines n’ont en fait jamais existé.

Wirecard a aussi indiqué que ses activités externalisées en Asie avaient été mal présentées aux investisseurs et qu’il fallait déterminer si elles avaient été réellement menées à son profit. Parmi ces activités, figurait le partenariat avec PayEasy Solutions.

Un rôle clé dans l’affaire

Les Bauer ont été identifiés dans l’enquête du « Financial Times » qui évoquait les malversations comptables de Wirecard dès 2019. Le partenariat entre la fintech allemande et PayEasy Solutions était important : en 2018, l’entreprise de Christopher Bauer représentait plus d’un dixième du chiffre d’affaires de Wirecard, soit près de 300 millions d’euros.

En 2015, l’homme d’affaires allemand a été rémunéré par Wirecard Asia pour des services de conseil, d’après Menardo Guevarra, le secrétaire à la justice des Philippines. Plus récemment, un document consulté par le « Financial Times » montrait un prêt de Wirecard à hauteur de 260 millions d’euros à destination de PayEasy fin 2019.

Christopher Bauer avait déclaré aux auditeurs de KPMG être passé par Wirecard avant d’intégrer PayEasy il y a plus de dix ans et d’en devenir le copropriétaire en 2017. Lors d’une réunion en mars dernier à Manille, lui et Jan Marsalek, l’ancien numéro deux de Wirecard, actuellement recherché, ont apporté des précisions à KPMG et EY sur les activités de PayEasy. D’après l’audit de KPMG, la société était spécialisée dans le traitement des paiements des « clients à haut risque » : jeux en ligne, paris sportifs, sites pornographiques…

Un décès pas encore confirmé

Interrogé par le « Financial Times », le secrétaire à la justice des Philippines indique qu’il doit « d’abord déterminer si la personne décédée est bien la même personne qui fait l’objet d’une enquête en cours ». Une fois obtenue une copie du certificat de décès, une enquête pourrait être menée sur le décès rapporté de Christopher Bauer, dont la cause demeure incertaine. Le registre civil philippin n’a pas donné de précisions sur cette mort, au nom de la loi sur la protection des données, mais un garde de la résidence des Bauer a évoqué une crise cardiaque.

Le 1er août, la famille de Christopher Bauer a publié un avis de décès dans un journal régional de Hesse, le land allemand où vivent les parents de l’homme d’affaires. Ces derniers, comme son avocat, n’ont pas commenté l’information du « Financial Times ». Outre-Rhin, les procureurs de Munich en charge de l’enquête criminelle sur Wirecard ont déclaré n’avoir reçu aucune notification officielle au sujet du décès. Ils ont refusé de préciser si un mandat d’arrêt avait été émis contre Christopher Bauer.



Source link

Autres articles

Assurance pour pertes d’exploitation : le régulateur intervient

administrateur

Société Générale-Crédit du Nord : la fusion des réseaux en quatre chiffres

administrateur

Coup d’envoi à la création de la plus grande banque espagnole

administrateur

Société Générale externalise l’informatique de sa banque privée à l’international

administrateur

L’euro à son plus haut niveau depuis plus de deux ans

administrateur

Erreur d’écriture : Citigroup saisit la justice pour récupérer son argent

administrateur