Image default
Economie

Une centaine de manifestants à Bercy pour «sauver la Chapelle Darblay»


Une action a lieu à Paris, près du ministère de l’Économie, pour soutenir le dernier site de recyclage de papier en France.

Le ton monte autour de l’avenir de la papeterie Chapelle Darblay. Ce mercredi matin, «une centaine» de militants a répondu à l’appel de plusieurs organisations lors d’une action visant à mettre en lumière ce dossier industriel sous le feu des projecteurs depuis 18 mois. Un rassemblement a lieu en ce moment à proximité du ministère de l’Économie, dans le XIIe arrondissement de Paris. Des mannequins portant des pancartes «SOS» ont aussi été plongés dans la Seine, à proximité du bâtiment iconique du ministère.

«Il faut passer de la parole aux actes», a intimé le patron de la CGT, Philippe Martinez, dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux. «Le gouvernement n’a qu’un mot à dire pour exiger du propriétaire du terrain et de l’usine qu’il les vende pour que l’activité puisse reprendre» rapidement. Le syndicaliste était entouré de membres d’Attac, de Greenpeace France et de l’union syndicale Solidaires, notamment.

«On a une usine qui (…) conjugue industrie et écologie avec des salariés compétents et on a un propriétaire qui refuse de vendre, alors qu’il y a des repreneurs. Et un État qui nous dit: +si le propriétaire ne veut pas vendre, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ?+. Donc ce qu’on exige de Bercy, de Bruno Le Maire, (…) c’est qu’ils disent par écrit +oui on s’engage à la réouverture du site dans les plus brefs délais+», a complété le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

Vue de la manifestation, sur les bords de la Seine, à proximité du ministère de l’Économie. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Sur Twitter, la ministre de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher a répondu aux manifestants : «voilà + de 18 mois que je travaille aux côtés des représentants des salariés et des élus locaux pour donner un avenir au site de la #ChapelleDarblay . Comme elles le savent, ma porte est ouverte aux organisations syndicales. Je regrette que la main tendue ce matin ait été refusée», a-t-elle écrit. «Quelle main tendue ? Vous refusez de recevoir l’ensemble de notre délégation», lui a rétorqué Attac.

Une pétition mise en ligne pour sauver le site

Cette mobilisation a été organisée par le collectif Plus jamais ça, auquel participent notamment les antennes françaises d’Attac, Greenpeace, Oxfam et Les Amis de la Terre. En septembre 2019, le groupe finlandais UPM avait annoncé la mise en vente de son usine de Grand-Couronne, près de Rouen, communément appelée Chapelle Darblay. Il s’agit du dernier site de recyclage de papier en France. L’activité a été arrêtée en 2020, et, «faute de repreneur, il est prévu qu’elle soit démantelée le 15 juin par son propriétaire finlandais», rappellent les membres du collectif dans une tribune.

L’usine est pourtant la seule en France «à produire du papier journal 100 % recyclé», soulignent-ils, rappelant que plusieurs élus, dont Anne Hidalgo et Edouard Philippe, ont appelé à la sauver. Et, si des offres de repreneurs ont été formulées, «la prudence reste de mise puisque certaines offres ne portent que sur une petite partie de l’activité de l’usine, et seraient donc dommageables à la cohérence industrielle, écologique et sociale du site, quand d’autres n’auraient pas encore présenté un plan de finances crédible».

Les auteurs en appellent donc à l’État, pour que «l’intégralité des activités soit maintenue sur le site». Une pétition en ligne a également été lancée : «nous, le collectif d’associations et de syndicats Plus jamais ça, demandons au gouvernement d’intervenir pour soutenir les collectivités territoriales qui se disent prêtes à une reprise du site», peut-on y lire. Elle rassemble, à ce jour, 22.800 signatures.


À VOIR AUSSI – Face à la crise, Philippe Martinez «souhaite » un printemps social





Source link

Autres articles

Les commerces privés d’une tranche horaire cruciale

administrateur

Pourquoi la voiture électrique inquiète certains garagistes

administrateur

l’UE appelle les géants du net à en faire plus et soutient Twitter face à Trump

administrateur

le grand retour de l’hygiaphone pour protéger les commerçants

administrateur

ni une «planque», ni une solution miracle

administrateur

La Ligue 1 sur Téléfoot, stop ou encore?

administrateur