Image default
Economie

une étude souligne l’intérêt d’une médiation


Un tiers des allocataires de prestations sociales ayant sollicité une médiation ont obtenu une modification de la décision qu’ils contestaient.

Recourir à une médiation lors d’un différend avec l’administration permet d’obtenir plus souvent une décision favorable, et dans un délai plus court qu’en saisissant la justice administrative, affirme mardi le Défenseur des droits. Dans un bilan publié mardi d’une expérimentation menée dans six départements, où une telle médiation est un passage obligé en cas de litige, l’institution constate qu’un tiers des allocataires de prestations sociales ayant sollicité une médiation ont obtenu une modification de la décision qu’ils contestaient.

Devant les tribunaux administratifs, entre 2% et 8% seulement des procédures débouchent sur une issue favorable aux usagers, fait valoir Daniel Agacinski, délégué général à la médiation au sein du Défenseur des droits.

L’expérience a commencé en 2018 en Haute-Garonne, Isère, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Meurthe-et-Moselle et dans le Bas-Rhin. Dans ces six départements, les usagers qui contestent une décision de leur caisse d’allocations familiales ou de leur conseil départemental en matière d’octroi du RSA ou des allocations logement doivent obligatoirement recourir d’abord à une médiation, confiée au Défenseur des droits.

C’est seulement ensuite qu’ils peuvent éventuellement saisir la justice administrative si cette médiation ne leur a pas donné satisfaction. La médiation n’a bien sûr «pas vocation» à aboutir systématiquement à une révision de la décision contestée, relèvent les auteurs de l’étude. Mais elle «trouve son sens» si l’administration «dispose d’une véritable marge de manœuvre» pour apprécier le dossier qui lui est soumis.

Trois ans d’expérimentation

Après trois ans d’expérimentation, et alors que le législateur doit se prononcer sur l’avenir de ce dispositif, la Défenseure des droits, Claire Hédon, tire un bilan positif de cette procédure. L’important, observe-t-elle, n’est pas de savoir si la médiation préalable obligatoire a contribué à désengorger les tribunaux administratifs, mais bien si elle a permis «d’améliorer l’accès aux droits des plus démunis». Car pour le public concerné, l’enjeu est parfois d’accéder ou de préserver un «minimum vital», notamment lorsque l’administration réclame à l’usager de rembourser ce qu’elle considère comme des trop-perçus.

Dans la «plupart» des 411 cas étudiés, la médiation est une procédure «plutôt rapide» : elle a duré moins de 3 mois pour 59% des répondants, alors qu’un contentieux devant la justice administrative est rarement réglé en moins d’un an. De manière générale, en dehors de cette expérimentation, certaines décisions défavorables sont encore trop souvent «notifiées de façon lapidaire et sans mention suffisante des façons de les contester», déplore Claire Hédon. Selon elle, 20% de la population française «ignore encore la possibilité de contester des décisions défavorables émanant des services publics ou des administrations».



Source link

Autres articles

Crise oblige, le moral des Décideurs atteint son plus bas depuis six ans

administrateur

La France, championne du monde de la fiscalité immobilière

administrateur

«Février sans supermarché», un mois pour sensibiliser aux circuits courts et soutenir les agriculteurs

administrateur

AstraZeneca défend la sûreté de son vaccin anti-Covid

administrateur

Escargots de Bourgogne, Saint-Jacques de Bretagne… Gare au faux «made in France»

administrateur

Le Figaro franchit le cap des 200.000 abonnés numériques

administrateur