Image default
Economie

une rentrée qui s’annonce agitée


Si le bilan de ce premier semestre marqué par 2 mois de confinement reste sur sa lancée à la hausse des prix, la musique risque de changer à la rentrée.

Le premier semestre vient de s’achever et l’heure est au bilan. Si l’activité immobilière a été sévèrement impactée par le confinement, il n’en a rien été des prix et des taux de crédit. Les premiers restent élevés et les seconds n’ont finalement pas tant grimpé que cela. Le marché est si incertain qu’il peut nous réserver des surprises. La dernière en date? Une surprenante poussée des prix au mois de juin: +0;4% à Paris, +0,5% à Bordeaux, +0,7% à Lyon et même +0,8% à Lille, selon Meilleurs Agents.

» LIRE AUSSI – Crédit immobilier: entre espoirs et inquiétudes

De manière totalement inattendue, l’écart de perception entre les vendeurs et les acheteurs, qui s’était creusé pendant le confinement (19 points), est revenu à un niveau plus normal (10 points). «Des acheteurs solvables et qui n’avaient pas de crainte pour leur emploi n’ont pas attendu un hypothétique recul des prix pour se lancer», analyse Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents.

Mais à l’instar des marchés financiers, cette courbe risque de connaître quelques soubresauts à la rentrée. Avec l’envolée du chômage et des licenciements, la situation sera sans doute bien différente dans quelques mois. L’indicateur de tension immobilière de Meilleurs Agents, qui permet de prendre le pouls du marché pour les prochains mois, indique déjà une contraction du nombre d’acheteurs.

C’est notamment le cas à Lyon et à Rennes qui ne comptent plus que 7% et 9% d’acquéreurs de plus que de vendeurs (contre 16% et 27% avant le confinement). «Les acheteurs négocient plus et se précipitent moins. On se rapproche d’une baisse des prix», décrypte Thomas Lefebvre. De quoi calmer l’euphorie actuelle avant de parler de véritable catastrophe.

» LIRE AUSSI – Immobilier: l’envolée des prix devrait s’arrêter

L’écart de perception des prix entre vendeurs et acheteurs Crédits photo Meilleurs Agents

De catastrophe il n’en est également pas encore question pour les taux de crédit. Bien qu’en hausse depuis le confinement, ils sont restés attractifs au premier semestre. Et il semble qu’ils devraient le rester dans les six prochains mois. Les taux ont augmenté en moyenne de 0,1% au premier semestre, selon Vousfinancer. Deux banques – BNP Paribas et Société générale – ont même décidé de les baisser – de 0,15 à 0,25 point — pour le mois de juillet. Les banques n’ont plus que quelques mois pour réaliser leurs objectifs de production, ce qui relance la concurrence mais surtout pour les meilleurs dossiers.

Mais qu’en sera-t-il si la situation économique de la France se dégrade? «Le maintien des taux attractifs confirme la volonté des banques de continuer à accorder des crédits mais le maintien des recommandations du HCSF les contraint à en refuser», déplore Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer. Rendez-vous en septembre qui constituera un vrai tournant pour le marché immobilier.





Source link

Autres articles

Véran promet des hausses de salaires et une réforme du système

administrateur

les enseignes au défi de gérer un rebond aussi fragile qu’inattendu

administrateur

après presque trois mois de fermeture de l’aéroport, un premier avion a décollé d’Orly

administrateur

de nouvelles entreprises peuvent y avoir accès

administrateur

Stopper le recours aux autorisations spéciales d’absence dans la fonction publique à partir du 11 mai

administrateur

L’ultimatum de la justice allemande fragilise l’action anticrise de la BCE

administrateur