Image default
Economie

Velib’ va devenir plus cher pour les villes et pour certains usagers


Smovengo a obtenu une rallonge de quatre millions d’euros par an. Une hausse payée par les communes et par les cyclistes.

Côté pile, Velib’ n’a jamais eu autant de succès. Malgré l’hiver et le couvre-feu qui limitent les déplacements, le service de vélo-partage déployé à Paris et en première couronne a encore enregistré 80.800 locations mardi. Et il compte désormais plus de 400.000 abonnés. Côté face, la soixantaine de villes qui ont des stations Velib’ va devoir remettre la main à la poche. Sauf énorme surprise, le SAVM (Syndicat Autolib’ Velib’ Métropole) qui fédère ces collectivités locales va accorder jeudi une rallonge à Smovengo, l’exploitant de ce système de bicyclettes en libre-service.

Pendant trois ans, «Smovengo pourrait toucher en tout quatre millions d’euros supplémentaires par an, explique au Parisien Sylvain Raifaud, président EELV du SAVM. Cette somme est plafonnée à six millions par an.» Cela viendra s’ajouter aux 40 millions annuels prévus dans le contrat passé avec Smovengo pour opérer ce service jusqu’en 2032. «Chaque commune n’aura que quelques centaines d’euros supplémentaires à débourser», précise au Figaro Patrice Patté, vice-président du SAVM et adjoint au maire de Sceaux, en charge des mobilités. Les usagers, en tout cas ceux qui utilisent des vélos électriques, seront aussi mis à contribution. Le SAVM compte augmenter les prix pour les trajets courts à bicyclette électrique.

Cette rallonge a été accordée à la suite des demandes pressantes de Smovengo. Dans un courrier envoyé en décembre, ce groupement qui compte notamment comme actionnaires les parkings Indigo et la maison mère de Norauto indiquait qu’il ne s’en sortait pas financièrement. Une mauvaise affaire due à l’engouement inattendu pour les vélos électriques qui coûtent beaucoup plus cher à entretenir. Faute d’une augmentation de sa rémunération, Smovengo aurait menacé de jeter l’éponge.

Cela aurait fait très mauvais genre pour Anne Hidalgo dans la perspective de son éventuelle candidature à l’élection présidentielle de 2022. Or la Ville de Paris a la majorité au SAVM. Évidemment, la version officielle n’est pas celle-là. «Nous avons signé le marché en 2017, affirme Patrice Pattée. Personne n’imaginait que plus de la moitié des trajets serait effectuée en vélo électrique alors que ces engins ne représentent que 35% de la flotte. Nous nous adoptons donc à ce nouveau contexte qui entraîne une hausse des coûts de maintenance .»

Faibles contreparties

Pour ne pas perdre la face, le SAVM a négocié quelques contreparties : par exemple, il attend une augmentation de la qualité de service ou veut relancer le système promis par Smovengo pour accrocher un vélo même quand la station est pleine. Reste que cette rallonge accordée à ce prestataire risque de faire grincer des dents JCDecaux. Le groupe qui a exploité Velib’ de 2007 à 2017 avait perdu l’appel d’offres sur la période suivante (2018-2032) car il proposait un prix 28% supérieur à celui de Smovengo. Contacté, JCDecaux n’a pas souhaité réagir.

De plus, ce nouvel épisode survient alors que Velib’ a connu au changement de prestataire une période très difficile. Vélos trop peu résistants, stations ouvertes avec beaucoup de retards, système d’accrochage déficient, facturation fantaisiste… pendant plus d’un an et demi (janvier 2018-juillet 2019), le service déraillait complètement. Si Anne Hidalgo n’avait pas déjà dû arrêter Autolib’, il est probable qu’elle aurait rompu le contrat de Smovengo pour Velib’ tellement le naufrage était patent.

Dans un rapport publié en octobre, la Cour régionale des comptes Ile-de-France est revenue sur ce fiasco pointant du doigt la légèreté du SAVM. «Les deux crises majeures d’Autolib’ et de Velib’ n’ont pas été anticipées, laissant longtemps les élus dans la conviction que tout allait s’arranger», peut-on lire dans ce document.

Depuis septembre 2019, ce système de vélos partagés fonctionne beaucoup mieux. Mais il suscite encore pas mal de commentaires dépités. Quand il aura fait un geste, le SAVM sera probablement plus exigeant sur la qualité du service. Smovengo est prévenu.

À VOIR AUSSI – Anne Hidalgo candidate du PS en 2022? «Je pense que c’est une idée intéressante», répond Emmanuel Grégoire



Source link

Autres articles

«42% des fonctionnaires sont en télétravail»

administrateur

Les visites de logements seront autorisées à partir du 28 novembre

administrateur

Des sites industriels «clé en main» pour attirer les investisseurs

administrateur

Pfizer adapte ses livraisons de vaccin en se basant sur 6 doses par flacon

administrateur

Le Maire et Darmanin précisent les annonces de Macron

administrateur

comment Lahti est devenue capitale verte européenne

administrateur