Image default
Economie

votre pouvoir d’achat a-t-il été rogné avec la crise sanitaire?


Si la hausse des prix a plombé le pouvoir d’achat de 5 des 10 plus grandes villes de France, les taux bas ont permis aux autres d’au moins le maintenir.

La crise a-t-elle rogné votre pouvoir d’achat immobilier? Empruntis, courtier en crédit immobilier et Trouver-un-logement-neuf.com, spécialiste de l’immobilier neuf, ont passé au crible les dix plus grandes villes et comparé les pouvoirs d’achat avant et après le confinement sur une longue période. Une fois n’est pas coutume, il sera question de neuf et non d’ancien. Le résultat est équilibré, malgré la hausse des prix, faute de renouvellement de l’offre. Dans 5 villes, le pouvoir d’achat immobilier a reculé entre mars et septembre derniers et a augmenté (3) ou stagné (2) dans les 5 autres.

» LIRE AUSSI – Annus horribilis en vue pour le logement neuf en France

C’est à Lyon que le budget consacré à rembourser votre prêt sur 20 ans, a le plus grimpé. Une bien mauvaise nouvelle pour les futurs acquéreurs qui ont aussi vu, ces dernières années, les prix flamber dans l’ancien. Pour un 3-pièces neuf avec deux chambres, il faut rembourser en moyenne 1783 euros par mois aujourd’hui contre 1583 euros en mars dernier. Soit une hausse de 12%. La faute à une envolée du prix du logement neuf: +40.200 euros à 389.600 euros. Même punition pour Lille (+10,31%) où les tarifs ont grimpé en six mois de près de 25.000 euros. À Montpellier, Toulouse et Marseille, les hausses de prix sont un peu plus modérées (entre 6000 et 9000 euros). Et comme les taux n’ont quasiment pas bougé, le pouvoir d’achat a également progressé (entre 3 et 4%).

» LIRE AUSSI – Pourquoi les prix risquent de continuer à grimper dans le logement neuf

À l’inverse, c’est à Strasbourg que la facture a le plus baissé – et donc que le pouvoir d’achat a le plus augmenté – ces six derniers mois. Vous devez rembourser aujourd’hui un peu plus de 1200 euros par mois pour acquérir un 3-pièces contre 1250 euros en mars. Et ce, grâce à une chute des prix du logement neuf (-11.800 euros). Une fois n’est pas coutume, Paris, où les prix flambent moins dans l’ancien, fait aussi partie de la liste des gagnants dans le logement neuf, avec une baisse des mensualités de 2,53% à 3832 euros par mois.

Un bémol toutefois: la capitale n’est pas connue pour ses volumes élevés de logements neufs. Du coup, le moindre programme, pour peu qu’il soit imposant, qui sort de terre, peut facilement bousculer le marché. En revanche, les villes franciliennes aux alentours, si. Ce qui explique pourquoi de plus en plus de Parisiens vont s’installer en proche banlieue pour acheter plus grand et plus vert.

À Bordeaux et Nantes, villes très prisées pour leur qualité de vie et leur proximité avec l’océan Atlantique, le pouvoir d’achat immobilier dans le neuf est quasi stable (1455 euros de mensualités à Bordeaux et 1381 euros à Nantes) grâce aux taux de crédit toujours bas et à une baisse ou à une faible hausse des prix. Une bonne nouvelle pour les Parisiens désireux de s’y installer.





Source link

Autres articles

La RATP prévoit 70% de son trafic le 11 mai

administrateur

11 milliards d’euros de prêts participatifs débloqués pour accélérer la relance

administrateur

4000 demandes d’arrêt de travail immédiat ont été déposées chaque jour la semaine dernière

administrateur

Pourquoi l’immobilier attire tant les Français, malgré la crise?

administrateur

Plats à emporter, dîners à 19h ou fermeture… Comment les restaurants comptent réagir au couvre-feu

administrateur

Velib’ va devenir plus cher pour les villes et pour certains usagers

administrateur