Image default
Economie

Voulant encourager la messagerie Signal, Elon Musk fait bondir l’action d’une petite entreprise américaine


Avec son tweet : «Utilisez signal», le patron de Tesla a fait bondir l’action d’une entreprise texane qui n’a rien à voir avec la messagerie cryptée en question, si ce n’est le nom.

C’est une heureuse confusion pour Signal Advance. Cette petite entreprise américaine a vu le cours de son action multiplié par douze en une journée grâce à un coup de pouce involontaire d’Elon Musk.

Le 7 janvier, le patron de Tesla a vanté les mérites de la messagerie cryptée américaine Signal. «Utilisez Signal» a-t-il simplement tweeté, en réaction à la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp. Il voulait ainsi inciter les internautes à se diriger vers cette autre messagerie, où ils auraient l’assurance que leurs données ne seraient pas exploitées.

Signal a certes enregistré un afflux d’utilisateurs, mais parallèlement, Signal Advance – qui n’a donc rien à voir avec la messagerie – a vu son action en bourse grimper de 527% jeudi et de 91% vendredi, passant de 60 cents à 7,19 dollars, selon la chaîne CNBC. L’entreprise texane fondée en 1992 et qui fournit des services aux travailleurs médicaux et juridiques peut désormais se vanter d’une capitalisation boursière de 660 millions de dollars, contre 55 millions avant le message d’Elon Musk.

En réaction, la messagerie cryptée Signal s’est exprimée vendredi sur Twitter : «Il est compréhensible que les gens veuillent investir dans la croissance record de Signal, mais ce n’est pas nous. Nous sommes un 501c3 (un type de société américaine) indépendant et notre seul investissement est dans votre vie privée». En effet, Signal, qui est une organisation à but non lucratif, n’est pas cotée en Bourse.

Ce n’est pas la première fois que se produit une telle méprise. La société chinoise Zoom Technologies, cotée au Nasdaq américain et qui vend des composants pour téléphone mobile avait bénéficié de l’engouement pour la société spécialisée dans les outils de visioconférence et très en vogue pendant le confinement, Zoom Video Communications. L’action de Zoom Technologies avait ainsi connu un boom de près de 900% entre janvier et mars 2020. De même, en 2013, les actions de Tweeter Home Entertainment Group avaient grimpé de plus de 1000% peu de temps avant l’arrivée très attendue de Twitter en bourse, rappelle CNCBC.

Signal Vs WhatsApp

De con côté, Signal n’est pas en reste. Alors qu’elle figurait dans les tréfonds des classements des téléchargements d’applications, l’application s’est soudainement retrouvée en tête des installations en Inde, en Allemagne, en France, ou encore à Hongkong. Les utilisateurs se sont tournés vers la messagerie après que WhatsApp, racheté par Facebook en 2014, a envoyé une notification avertissant ses utilisateurs qu’ils devaient accepter une nouvelle politique de confidentialité avant le 8 février. Avec la mise à jour, WhatsApp partagera certaines données personnelles avec le reste du groupe Facebook ce qui a alerté les utilisateurs craignant pour leur vie privée. Le groupe a bien tenté de les rassurer en affirmant que les Européens ne verront pas leurs données WhatsApp exploitées à des fins publicitaires et que la mise à jour viserait à permettre aux commerces d’utiliser WhatsApp comme outil de transaction et de service client. En vain. Cette mauvaise publicité a contribué à faire parler de Signal, qui reste toutefois bien petit face au géant WhatsApp et ses 2 milliards d’utilisateurs quotidiens.

À VOIR AUSSI – Elon Musk : l’empire d’un homme à la conquête de l’univers



Source link

Autres articles

PSA fait venir des salariés polonais sur son usine d’Hordain et provoque la colère des syndicats

administrateur

les entreprises adaptent leur protocole sanitaire

administrateur

L’UE adopte une réforme pour lutter contre la concurrence déloyale des chauffeurs routiers de l’Est

administrateur

L’impact spectaculaire de la crise sur le marché du travail en 12 chiffres clés

administrateur

deux Français mettent le feu à la Bourse de New York

administrateur

Le Royaume-Uni préfère finalement la solution d’Apple et Google pour son application de traçage

administrateur